Trois transformations pour mieux gérer la nature dans une économie prospère

By | 2 novembre 2021

Les 70 dernières années sont une réussite à bien des égards. Nous sommes en meilleure santé, vivons plus longtemps et bénéficions en moyenne de revenus plus élevés que nos prédécesseurs. La proportion de la population mondiale vivant dans la pauvreté absolue a considérablement diminué. Alors que nous bénéficions des progrès de la technologie, de la science moderne et de la production alimentaire, nous pouvons être excusés de penser que l’humanité n’a jamais été aussi bonne. Le PIB mondial a énormément augmenté depuis les années 1950 (voir graphique) et la production économique mondiale est 15 fois plus élevée.

Ces réalisations cachent cependant une vérité simple, qui a des conséquences profondes non seulement sur la façon dont nous pensons et pratiquons l’économie, mais aussi sur la façon dont nous vivons nos vies. Toute la prospérité dont nous avons joui repose sur la nature qui nous entoure et dont nous faisons partie, de la nourriture que nous mangeons à l’air que nous respirons, à la décomposition de nos déchets, aux opportunités de loisirs et d’épanouissement spirituel.

Pourtant, la biodiversité a diminué au cours de cette même période. Les taux d’extinction actuels sont environ 100 à 1 000 fois plus élevés que le processus normal de perte d’espèces au cours des derniers millions d’années. Et ils accélèrent. Entre 1970 et 2016, la population d’espèces a chuté de 68 pour cent en moyenne dans le monde. Un rapport récent de la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques a montré que 14 des 18 services écosystémiques mondiaux évalués étaient en déclin.

Nous avons puisé dans les actifs de la nature en extrayant des ressources naturelles, en épuisant les réserves de nutriments dans les sols, en réduisant les stocks de poissons, etc. En conséquence, la biodiversité s’est gravement dégradée ; certains écosystèmes, comme les récifs coralliens, sont sur le point de s’effondrer.

Certains événements peuvent nous amener à réfléchir un instant. La pandémie de COVID-19 a incité de nombreuses personnes à remettre en question la durabilité de notre relation avec la nature, car le commerce illégal d’espèces sauvages, le changement d’affectation des terres et la perte d’habitat sont les principaux moteurs des maladies infectieuses émergentes.

Les trois grandes transitions

Plus tôt cette année, The Economics of Biodiversity: The Dasgupta Review, commandé par le Trésor britannique, a été publié. Dans cette étude, j’ai cherché à montrer comment l’économie a négligé la Nature. Combinant ce que nous savons de la biodiversité à partir des sciences de la terre et de l’écologie, la Revue établit un cadre pour inclure la nature dans notre pensée économique et fournit un guide pour le changement à travers trois transitions larges et interconnectées.

Le premier est de s’assurer que nos demandes envers la Nature ne dépassent pas son offre. Ce que nous exigeons de la nature (ce que certains appellent notre « empreinte écologique ») a depuis quelques décennies largement dépassé la capacité de la nature à répondre à ces demandes sur une base durable, avec pour résultat que la biosphère se dégrade à un rythme alarmant.

Ce dépassement persistant de la demande met en danger la prospérité des générations actuelles et futures, alimentant un risque important pour nos économies et notre bien-être. Les innovations technologiques, par exemple celles orientées vers une production alimentaire durable, ont un rôle important à jouer pour garantir que nos demandes envers la nature ne dépassent pas son offre.

Mais si nous voulons éviter de dépasser les limites de ce que la nature peut fournir tout en répondant aux besoins de la population humaine, les modes de consommation et de production doivent également être fondamentalement restructurés. Les politiques qui modifient les prix et les normes de comportement, par exemple en alignant les objectifs environnementaux tout au long des chaînes d’approvisionnement et en appliquant des normes de réutilisation, de recyclage et de partage, peuvent accélérer les efforts visant à rompre les liens entre les formes dommageables de consommation et de production et l’environnement naturel.

La croissance de la population humaine a des implications importantes pour nos demandes sur la nature, y compris pour les futurs modèles de consommation mondiale. Le soutien à la planification familiale communautaire peut modifier les préférences et les comportements et accélérer la transition démographique, tout comme l’amélioration de l’accès des femmes au financement, à l’information et à l’éducation.

Repenser la mesure de la réussite économique

La deuxième transition consiste à changer notre mesure de la réussite économique. Repenser les outils utilisés dans la mesure économique est une étape nécessaire sur ce chemin. Le PIB reste une mesure critique de l’activité économique lorsqu’il s’agit d’une analyse macroéconomique à court terme. Mais ce n’est pas une mesure appropriée de la performance économique à long terme. En effet, il ne nous dit pas comment les actifs d’une économie, en particulier ses actifs naturels, sont améliorés ou diminués par les décisions que nous prenons.

Nous devrions plutôt utiliser une mesure qui tient compte de la valeur de tous les stocks de capital—capital produit (routes, bâtiments, ports, machines), capital humain (compétences, connaissances) et capital naturel. Nous pouvons appeler cette mesure « richesse inclusive ». Comprenant les trois types de capital, la richesse inclusive montre les avantages d’investir dans des actifs naturels et les compromis et interactions entre les investissements dans différents actifs. Ce n’est qu’avec ce tableau plus complet qu’il est possible de comprendre si un pays connaît une prospérité économique. Le « budget du bien-être » de la Nouvelle-Zélande et l’utilisation du « produit écosystémique brut » en Chine sont des exemples explorés dans l’examen des mesures prises pour établir ce tableau plus complet.

À titre d’exemple, les revenus d’exportation des ressources naturelles (par exemple, les produits primaires sous les tropiques) ne reflètent pas les coûts sociaux de leur élimination de l’environnement ; en d’autres termes, le commerce de ces biens ne tient pas compte de la manière dont le processus d’extraction affectera l’écosystème dont ils sont extraits ou des conséquences à long terme auxquelles ces communautés sont confrontées. Il y a donc transfert de richesse des pays exportateurs de produits primaires vers les pays importateurs. il est possible que l’expansion du commerce international ait contribué à un transfert massif de richesse des pays pauvres vers les pays riches, sans que cela soit enregistré dans les statistiques officielles.

Investir dans la nature

Bien entendu, il ne suffit pas de ne comptabiliser que les actifs naturels. Nous devons investir dans la nature. Cela nécessite un système financier qui canalise les investissements financiers – publics et privés – vers des activités économiques qui améliorent notre stock d’actifs naturels et encouragent une consommation et une production durables. L’investissement peut aussi signifier simplement attendre ; laissée seule, la nature grandit et se régénère.

Transformer nos institutions

Cela nous amène à la troisième transition : transformer nos institutions pour permettre le changement. Au cœur de notre engagement non durable avec la Nature se trouve un échec institutionnel profond. La valeur de la nature pour la société – la valeur des divers biens et services qu’elle fournit – ne se reflète pas dans les prix du marché. Les mers ouvertes et l’atmosphère sont des ressources en libre accès et sont devenues la proie de la soi-disant tragédie des biens communs.

De telles distorsions de prix nous ont conduits à investir relativement plus dans d’autres actifs, tels que le capital produit, et à sous-investir dans nos actifs naturels. Et comme de nombreux constituants de la nature sont mobiles, invisibles ou silencieux, les effets d’un certain nombre de nos actions sur nous-mêmes et sur les autres, y compris nos descendants, sont difficiles à retracer et ne sont pas pris en compte, ce qui donne lieu à des externalités généralisées.

3 transformations pour mieux gérer la nature dans une économie prospère

Un environnement naturel prospère, soutenu par une biodiversité abondante, est notre ultime filet de sécurité. Tout comme la diversité au sein d’un portefeuille d’actifs financiers réduit les risques et l’incertitude, la diversité au sein d’un portefeuille d’actifs naturels – la biodiversité – augmente directement et indirectement la résilience de la nature aux chocs, réduisant les risques pour les services dont nous dépendons.

Un soutien beaucoup plus mondial est nécessaire pour accroître la compréhension et la sensibilisation des institutions financières aux risques financiers liés à la nature. Les banques centrales et les superviseurs financiers peuvent le faire en évaluant l’étendue systémique de ces risques. Le FMI, au centre du filet de sécurité financière mondial, peut également jouer un rôle essentiel dans l’évaluation et la gestion de ces risques liés à la nature.

Avec une prise de conscience accrue de la place de la nature dans nos vies, un message que la pandémie nous a fait comprendre, cette année est cruciale pour réinventer notre économie et notre prise de décision économique et financière. Les dirigeants mondiaux se réuniront pour deux conférences – la Convention des Nations Unies sur la diversité biologique (COP15) et la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP26) – pour discuter des problèmes intrinsèquement liés du changement climatique et de la perte de biodiversité.

Le seul moyen de lutter contre cette crise de la biodiversité est de procéder à un changement en profondeur, qui exige un engagement soutenu des acteurs à tous les niveaux, des citoyens jusqu’aux institutions financières internationales telles que le FMI.

L’Economics of Biodiversity Review met en lumière les réussites du monde entier, démontrant que le type de changement nécessaire est possible.

Nous devons redéployer l’ingéniosité humaine pour provoquer la transformation nécessaire pour réimaginer notre relation avec la nature. Nous et nos descendants ne méritons rien de moins.

Auteur : PARTHA DASGUPTA est professeur émérite d’économie Frank Ramsey à l’Université de Cambridge.

Article source : Good economics demands that we manage Nature better

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.