Réaliser les objectifs de développement durable exige un effort extraordinaire de tous

By | 4 mai 2021

L’impact de la pandémie sur les pauvres dans le monde a été particulièrement dur. Le COVID-19 a peut-être poussé environ 100 millions de personnes dans l’extrême pauvreté rien qu’en 2020 , tandis que l’ ONU prévient que dans certaines régions, la pauvreté pourrait atteindre des niveaux jamais vus en 30 ans. 

La crise actuelle a fait dérailler les progrès vers les objectifs de développement de base, car les pays en développement à faible revenu doivent maintenant équilibrer les dépenses urgentes pour protéger les vies et les moyens de subsistance avec des investissements à long terme dans la santé, l’éducation, les infrastructures physiques et d’autres besoins essentiels.

Dans une nouvelle étude , nous proposons un cadre permettant aux pays en développement d’évaluer les choix politiques susceptibles de stimuler la croissance à long terme, de mobiliser davantage de revenus et d’attirer des investissements privés pour aider à atteindre les objectifs de développement durable

Même avec des réformes intérieures ambitieuses, la plupart des pays en développement à faible revenu ne pourront pas mobiliser les ressources nécessaires pour financer ces objectifs. Ils ont besoin d’un soutien décisif et extraordinaire de la communauté internationale – y compris des donateurs privés et officiels et des institutions financières internationales.

Recul majeur

En 2000, les dirigeants mondiaux ont entrepris de mettre fin à la pauvreté et de créer un chemin vers la prospérité et des opportunités pour tous. Ces objectifs étaient ancrés dans les objectifs du Millénaire pour le développement et 15 ans plus tard dans les objectifs de développement durable fixés pour 2030. Ces derniers représentent un modèle commun pour la paix et la prospérité, pour les hommes et la planète, aujourd’hui et demain. Ils nécessitent des investissements importants en capital humain et physique.

Jusqu’à récemment, le développement progressait régulièrement, quoique de manière inégale, avec un succès mesurable dans la réduction de la pauvreté et de la mortalité infantile. Mais même avant la pandémie, de nombreux pays n’étaient pas sur la bonne voie pour atteindre les objectifs de développement durable d’ici 2030.

Le COVID-19 a frappé durement le programme de développement, infectant plus de 150 millions de personnes et en tuant plus de trois millions. Elle a plongé le monde dans une grave récession, inversant les tendances de convergence des revenus entre les pays en développement à faible revenu et les économies avancées.

Le FMI a fourni un financement d’urgence de 110 milliards de dollars à 86 pays, dont 52 bénéficiaires à faible revenu, depuis le début de la pandémie. Nous avons engagé 280 milliards de dollars au total, et notre allocation générale de DTS prévue de 650 milliards de dollars profitera aux pays pauvres sans alourdir le fardeau de leur dette. La Banque mondiale et d’autres partenaires de développement ont également offert leur soutien. Mais cela seul ne suffit pas.

Nous développons un nouvel outil macroéconomique pour aider à évaluer les stratégies de financement du développement, y compris le financement des objectifs de développement durable. Nous nous concentrons sur l’investissement dans le développement social et le capital physique dans cinq domaines au cœur d’une croissance durable et inclusive: santé, éducation, routes, électricité, eau et assainissement. Ces domaines de développement clés représentent les dépenses les plus importantes de la plupart des budgets gouvernementaux.

Nous appliquons notre cadre à quatre pays: le Cambodge, le Nigéria, le Pakistan et le Rwanda. Ces pays auront, en moyenne, besoin d’un financement annuel supplémentaire de plus de 14% du PIB pour atteindre les objectifs de développement durable d’ici 2030, soit environ 2½ points de pourcentage par an au-dessus du niveau d’avant la pandémie. En d’autres termes, sans augmenter le financement, le COVID-19 peut avoir retardé les progrès vers les objectifs de développement durable jusqu’à cinq ans dans les 4 pays.

Le recul pourrait être beaucoup plus important si la pandémie entraînait des séquelles économiques permanentes. Les confinements ont considérablement ralenti l’activité économique, privant les gens de revenus et empêchant les enfants d’aller à l’école. Nous estimons que les dommages durables au capital humain d’une économie, et donc au potentiel de croissance, pourraient augmenter les besoins de financement du développement de 1,7 point de pourcentage de PIB supplémentaire par an.

Relever le défi

Comment les pays peuvent-ils espérer réaliser des progrès significatifs vers la réalisation des objectifs de développement durable dans ces nouvelles circonstances plus difficiles déclenchées par la pandémie?

Ça ne sera pas facile. Les pays devront trouver le juste équilibre entre le financement du développement et la sauvegarde de la viabilité de la dette, entre les objectifs de développement à long terme et les besoins immédiats urgents, et entre l’investissement dans les ressources humaines et la modernisation des infrastructures

Ils devront continuer à s’occuper de la question en cours – la gestion de la pandémie. Dans le même temps, cependant, ils devront également poursuivre un programme de réformes très ambitieux qui donne la priorité aux éléments suivants

Favoriser la croissance, qui amorcera un cercle vertueux. Il élargit le gâteau, ce qui se traduit par des ressources supplémentaires pour le développement, ce qui à son tour stimule davantage la croissance. Les réformes structurelles qui favorisent la croissance – y compris les efforts visant à renforcer la stabilité macroéconomique, la qualité institutionnelle, la transparence, la gouvernance et l’inclusion financière – sont donc essentielles. Notre étude met en évidence comment la forte croissance du Nigéria et du Pakistan leur a permis de faire des progrès significatifs dans la réduction de l’extrême pauvreté avant 2015. La relance de la croissance, qui a depuis stagné dans ces pays peuplés, sera cruciale.

Réaliser les objectifs de développement durable exige un effort extraordinaire de tous

Le renforcement de la capacité de perception des impôts est essentiel pour payer les services publics de base nécessaires à la réalisation des objectifs de développement clés. L’expérience montre que l’augmentation du ratio impôts / PIB de 5 points de pourcentage en moyenne à moyen terme grâce à des réformes globales de la politique fiscale et de l’administration est un objectif ambitieux mais réalisable pour de nombreux pays en développement. Le Cambodge l’a fait: au cours des 20 années qui ont précédé la pandémie, il a augmenté ses recettes fiscales de moins de 10% du PIB à environ 25% du PIB.

Améliorer l’efficacité des dépenses . Environ la moitié des dépenses d’investissement public dans les pays en développement est gaspillée. L’amélioration de l’efficacité grâce à une meilleure gestion économique associée à une transparence et une gouvernance accrues permettront aux gouvernements de faire plus avec moins.

Catalyser l’investissement privé . Le renforcement du cadre institutionnel grâce à une meilleure gouvernance et à un environnement réglementaire plus robuste contribuera à catalyser des investissements privés supplémentaires. Le Rwanda, par exemple, a pu augmenter l’investissement privé dans les secteurs de l’eau et de l’énergie de pratiquement rien en 2005–09 à plus de 1½ pour cent du PIB par an en 2015–17.

Poursuites en tandem, ces réformes pourraient générer jusqu’à la moitié des ressources nécessaires pour faire des progrès substantiels vers les objectifs de développement durable. Mais même avec des programmes de réforme aussi ambitieux, nous estimons que les objectifs de développement seraient retardés d’une décennie ou plus dans trois de nos quatre pays étudiés s’ils devaient faire cavalier seul.

C’est pourquoi il est essentiel que la communauté internationale se mobilisent également. Si les partenaires de développement augmentent progressivement l’aide publique au développement de 0,3% actuellement à l’objectif des Nations Unies de 0,7% du revenu national brut, de nombreux pays en développement à faible revenu pourraient bien être en mesure d’atteindre leurs objectifs de développement d’ici 2030 ou peu de temps après. 

Fournir une telle assistance peut être un défi de taille pour les décideurs des économies avancées, qui sont probablement plus concentrés actuellement sur les défis nationaux. 

Mais aider au développement est un investissement rentable avec des rendements potentiellement élevés pour tous

Selon Joseph Stiglitz, la seule prospérité véritable et durable est la prospérité partagée.

Article source : Achieving the Sustainable Development Goals Will Require Extraordinary Effort by All

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.