Quel futur pour les jeunes après la crise sanitaire ?

By | 9 février 2021

Les jeunes diplômés en situation de crise seront profondément affectés et pourraient ne jamais se remettre complètement

Pour les millions de jeunes du monde qui survivront à la pandémie, il y a encore des nouvelles vraiment difficiles à venir. Non seulement la récession du COVID-19 donnera aux nouveaux arrivants sur le marché du travail un début de carrière difficile, mais elle les exposera également au risque de gagner moins d’argent pendant des décennies, de commettre plus de crimes, d’avoir une vie de famille moins satisfaisante et peut-être même de mourir plus tôt que les demandeurs d’emploi plus chanceux.

C’est la sombre conclusion qui émerge d’une de recherches sur les effets à long terme de l’entrée sur le marché du travail en période de récession. Les chercheurs qui ont analysé des décennies de données sur les récessions précédentes ont obtenu une série de résultats qui donnent à réfléchir pour les États-Unis. Un nombre croissant d’études trouvent des résultats similaires au Canada, en Allemagne, au Royaume-Uni, en Autriche, en Espagne, en Belgique, en Norvège et au Japon.

Dans des travaux récents, nous avons étudié les nouveaux arrivants sur le marché du travail à travers des booms et des effondrements aux États-Unis pendant 40 ans de 1976 à 2015. Notre travail a été en partie inspiré par nos observations d’amis qui ont obtenu des diplômes à l’époque de la Grande Récession. Même après plusieurs années, nous avons remarqué une différence significative dans la qualité de l’emploi et la satisfaction au travail entre ceux qui sont entrés sur le marché du travail juste avant la récession et ceux qui l’ont fait au fur et à mesure.

Sur la base de nos résultats, nous estimons que les quelque 6,8 millions de jeunes entrants sur le marché du travail américain à la recherche d’un premier emploi à temps plein en 2020 pourraient renoncer à environ 400 milliards de dollars de revenus au cours des 10 premières années de leur vie active. Cette projection est basée sur une reprise économique rapide en 2021. Si la récession induite par la pandémie se poursuit ou s’aggrave l’année prochaine, les diplômés de 2020 pourraient prendre encore plus de retard, et un autre groupe malchanceux de nouveaux entrants ferait face aux mêmes perspectives désastreuses en 2021.

Alors que le monde s’empresse de développer un vaccin efficace, les décideurs qui réagissent à la crise économique de la pandémie doivent s’attaquer à la situation difficile de ce groupe. À court terme, les réponses pourraient inclure une aide à la recherche d’emploi, des incitations au travail à temps partiel et des subventions salariales pour les travailleurs nouvellement embauchés. À moyen terme, les politiques de protection sociale et de soutien doivent tenir compte des impacts durables, en particulier pour les moins instruits.

Et il est important d’informer les jeunes travailleurs des impacts négatifs à long terme auxquels ils sont confrontés et de leurs causes. Savoir que leurs défis ne reflètent probablement pas un manque de compétences ou un échec personnel peut motiver ceux qui occupent des emplois moins productifs à continuer à chercher des opportunités et à accéder à de meilleurs emplois à mesure que l’économie se rétablit.

La compréhension qu’ont les économistes des dommages à long terme liés au début d’une carrière face à une récession s’est approfondie au cours des années qui ont suivi la Grande Récession. Traditionnellement, les économistes considéraient les booms et les effondrements économiques comme des phénomènes temporaires. 

Mais des études sur de vastes ensembles de données transversales et longitudinales dans le monde révèlent des effets persistants de ralentissements pour ceux qui entrent sur le marché du travail pendant une récession. De tels impacts à long terme ont été constatés pour les diplômés du MBA, les économistes au doctorat, les diplômés des collèges en général, et pour la plupart des groupes démographiques et éducatifs aux États-Unis et dans d’autres pays étudiés.

On a constaté que les personnes qui ont la malchance de commencer une carrière en période de récession ont des revenus inférieurs pendant 10 à 15 ans après l’obtention de leur diplôme, ou plus. Les travailleurs moins instruits et non blancs connaissent des épisodes prolongés de chômage et une augmentation temporaire de la pauvreté. Les travailleurs plus instruits acceptent des emplois chez des employeurs moins bien rémunérés et s’en remettent partiellement en passant à de meilleurs employeurs. Des études ont également révélé que les personnes de ce groupe sont plus susceptibles d’avoir une moins bonne estime de soi, de commettre plus de crimes et de se méfier du gouvernement.

Quels sont les effets durables et dévastateurs de la crise sanitaire sur les jeunes ?

Nous trouvons des tendances qualitativement similaires pour les hommes et les femmes, pour les Blancs et les non-Blancs, et pour les décrocheurs du secondaire, les diplômés du secondaire et les diplômés du collégial. Cependant, les nouveaux venus sur le marché du travail plus vulnérables ont tendance à subir des effets plus importants. Par exemple, alors que les diplômés universitaires subissent une perte de revenus initiale d’environ 6% lorsqu’ils entrent sur le marché du travail dans une récession modérée, les décrocheurs du secondaire subissent une réduction de revenus pouvant atteindre 15%.

Mais les effets du début d’une carrière en période de récession ne se limitent pas aux gains, aux salaires ou à la qualité de l’emploi. Les chercheurs ont documenté un large éventail d’autres résultats économiques, sociaux et même sanitaires. Ceux-ci sont susceptibles de se répercuter sur la productivité d’un travailleur, renforçant ainsi les impacts initiaux sur les revenus.

Des revenus plus faibles pour les particuliers se traduisent par des revenus familiaux plus faibles, des taux d’accession à la propriété plus faibles et – pour les nouveaux arrivants peu qualifiés – des taux de pauvreté plus élevés. Cela se reflète également dans les modèles pour la vie en couple: les nouveaux venus en récession sont plus susceptibles de se retrouver dans les bras d’un conjoint qui subit une réduction des gains similaire due à la récession.

Les programmes de filet de sécurité sociale tels que le Programme d’assistance nutritionnelle supplémentaire et Medicaid semblent atténuer au moins certains de ces impacts négatifs. Pourtant, les chercheurs ont constaté que les nouveaux venus en récession déclarent avoir une moindre estime de soi, sont plus susceptibles de boire à l’excès et ont des taux d’obésité plus élevés. Si ces effets sociaux et sanitaires se répercutent sur la productivité des travailleurs, les impacts sur les résultats économiques pourraient également réapparaître à plus long terme.

Nous constatons que les effets négatifs sur les revenus de l’entrée sur le marché du travail ne disparaissent jamais complètement. Pour un travailleur d’âge moyen, ces pertes s’établissent à environ 1% de baisse des revenus pour chaque point de pourcentage d’augmentation du taux de chômage au moment où il commence à travailler. Avec un taux de chômage à la mi-2020 d’environ 10,5%, soit 7 points de pourcentage de plus que dans les mois précédant la crise, cela suggère qu’au moment où les jeunes travailleurs d’aujourd’hui atteindront l’âge de 40 ans, ils gagneront 7% de moins que s’ils étaient entrés sur le marché du travail l’année dernière.

Plus dramatiquement encore, nous constatons que les taux de mortalité des entrants en récession commencent à augmenter au début de la quarantaine par rapport à ceux des groupes plus chanceux. Une augmentation de 3,9 points de pourcentage du taux de chômage au moment de l’entrée sur le marché du travail – à peu près l’expérience des entrants en récession de 1982 – réduit l’espérance de vie de 5,9 à 8,9 mois. Pour la classe des entrants 2020 confrontés à près de deux fois le taux de chômage, nous estimons que l’espérance de vie diminuera de 1 à 1,5 an.

Bien que l’impact moyen sur la mortalité soit relativement modeste pour un individu donné, il peut être économiquement significatif dans son ensemble, en particulier pendant les grandes récessions telles que la contraction du COVID-19. Les effets à long terme sur la mortalité sont principalement dus à des causes liées à la maladie – comme les maladies cardiaques, les maladies du foie et le cancer du poumon – qui peuvent être liées à des modes de vie malsains et au stress. Il y a également un impact plus faible sur les décès par surdose de drogue, mais aucun effet sur la quarantaine sur le suicide, les accidents mortels ou d’autres causes externes.

Ces effets négatifs à long terme sur la santé des nouveaux venus en récession sur le marché du travail s’accompagnent d’autres effets négatifs sur les plans social et sanitaire. Alors que les membres de ce groupe se sont avérés plus susceptibles de se marier et d’avoir des enfants à un âge précoce, les résultats familiaux sont moins favorables à long terme. À la cinquantaine, nous observons des taux de nuptialité plus faibles, des taux de divorce plus élevés et moins d’enfants. Les entrants en récession rapportent en outre des taux plus élevés d’incapacité de travail et d’assurance invalidité de la sécurité sociale, et ils sont plus susceptibles d’être mariés à un conjoint qui reçoit des prestations d’invalidité.

Conclusion: l’entrée sur le marché du travail en période de récession est associée non seulement à des pertes de revenus importantes à court terme, mais également à de vastes conséquences sociales et sanitaires qui nuisent constamment aux finances des ménages, à la formation de familles et à la longévité. Les preuves discutées ici proviennent de pays industrialisés, où les données nécessaires pour étudier les conséquences à long terme d’un départ malheureux sont plus facilement disponibles.Ces effets peuvent être encore plus lourds ou plus durables dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, où les jeunes courent en outre un risque accru d’abandonner leurs études. Compte tenu de l’ampleur sans précédent de la contraction économique du COVID-19.

HANNES SCHWANDT est professeur adjoint d’économie à la Northwestern University.

TILL VON WACHTER est professeur d’économie à l’Université de Californie à Los Angeles.

Article source : The futur of the youth after the Covid-19 crisis

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.