Un monde fragmenté, un monde en danger ?

By | 7 juin 2022

La rare confluence des forces géopolitiques, économiques et technologiques auxquelles le monde est actuellement confronté peut se répercuter sur des générations.

La guerre nous plonge dans une période difficile de réalignement géopolitique, de ruptures d’approvisionnement, d’insécurité alimentaire et énergétique et de marchés financiers plus volatils. Ces chocs pourraient ébranler la stabilité sociale et politique de certains pays tout en affaiblissant la capacité du monde dans son ensemble à faire face à son principal défi à long terme, le changement climatique.

Pierre-Olivier Gourinchas , économiste en chef du FMI, décrit un changement géopolitique soudain qui révèle des lignes de faille sous-jacentes cachées. Il met en garde contre la fragmentation du monde en « blocs économiques distincts avec des idéologies, des systèmes politiques, des normes technologiques, des systèmes de paiement et de commerce transfrontaliers et des monnaies de réserve différents ».

En conséquence, avec ce numéro de F&D,  nous réunissons des leaders d’opinion respectés pour nous aider à comprendre ces tendances – qui se déroulent toutes dans un contexte de ralentissement de la reprise mondiale, d’augmentation de l’inflation, de démondialisation et de rétrécissement de l’espace décisionnel – et la meilleure façon d’y répondre.

La guerre en Ukraine représente le risque le plus immédiat. Nicholas Mulder  soutient que les sanctions contre la Russie ont des conséquences sans précédent qui devraient inciter à repenser leur utilisation comme arme de guerre économique. Giovanni Peri  discute de l’impact économique des réfugiés fuyant l’Ukraine. Notre série « Picture This » dépeint la crise alimentaire qui menace de faim des millions de personnes. 

D’autres contributeurs voient dans la flambée des prix de l’énergie induite par la guerre une chance de stimuler la transition vers l’énergie verte. Et tandis que certains prédisent que la concurrence géopolitique et les nouvelles technologies mettront fin à la domination du dollar sur la finance internationale, Eswar Prasad  affirme le contraire : le dollar deviendra plus enraciné en tant que monnaie de référence mondiale.

Selon Tharman Shanmugaratnam de Singapour, un monde plus fragmenté rend encore plus urgent un investissement accru dans les biens publics mondiaux – un effort qui, selon lui, nécessitera une collaboration public-privé sans précédent et un multilatéralisme plus fort et plus efficace.

Un monde fragmenté, un monde en danger ?

Il y a de l’espoir. Comme nous le rappelle l’historienne Patricia Clavin  , les temps turbulents peuvent dynamiser les acteurs et les idées qui peuvent conduire à de nouveaux et meilleurs modes de coopération. La priorité absolue, comme l’explique Shanmugaratnam, est de « s’adapter à un monde multipolaire sans devenir plus polarisé ».

Ailleurs dans ce numéro, Raj Chetty et Nathanial Hendren  discutent de la façon d’accroître la mobilité économique ascendante des jeunes à faible revenu; Barry Eichengreen  et d’autres écrivent sur l’érosion de la confiance parmi les jeunes ; Noam Angrist  parle de l’apprentissage perdu pendant la pandémie ; et Eric Hanushek et Ludger Woessmann  expliquent pourquoi le déficit de compétences de base signifie que la réalisation des ODD est encore un objectif lointain. Nous dressons également le portrait de Melissa Dell de Harvard .

Article source : A more fragmented world

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.