Intelligence Artificielle, quelle est la stratégie de l’Union Européenne ?

By | 23 mars 2021

Dans son premier grand discours devant un public américain après l’élection présidentielle américaine, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a défini les domaines prioritaires de la coopération transatlantique.

Elle a proposé de construire une nouvelle relation entre l’Europe et les États-Unis, une relation qui engloberait la coordination transatlantique sur les questions de technologie numérique, notamment en travaillant ensemble sur des normes mondiales de réglementation de l’intelligence artificielle (IA) alignées sur les valeurs de l’UE.

Une référence à la coopération sur les normes pour l’IA a été incluse dans le Nouvel agenda transatlantique pour le changement global publié par la Commission le 2 décembre 2020. Dans des remarques au Parlement le 22 janvier 2021, le président von der Leyen a appelé à «créer une règle de l’économie numérique « avec les États-Unis qui est » valable dans le monde entier « .

Dans une allocution au Parlement le 22 janvier 2021, la présidente Von der Leyen a appelé à «créer un livre de règles de l’économie numérique» avec les États-Unis qui soit «valable dans le monde entier». Certains diraient que la nouvelle portée de l’Europe sur les questions de gouvernance technologique et la suggestion de créer un «Conseil commercial et technologique UE-États-Unis» sont incongrues par rapport à la guerre réglementaire actuelle menée contre les entreprises américaines au nom de la souveraineté technologique européenne unilatérale.

Le 17 novembre 2020, juste un jour avant le premier discours de la présidente Von der Leyen sur le sujet, le Bureau de la gestion et du budget de la Maison Blanche (OMB) a publié un ensemble très attendu de principes politiques à l’échelle du gouvernement pour la réglementation de l’IA, qui comprend un appellent à s’engager dans le développement d’approches réglementaires par le biais de la coopération internationale. L’OMB a demandé aux agences d’engager des «dialogues» pour promouvoir des approches réglementaires compatibles de l’IA et pour promouvoir l’innovation américaine en matière d’IA, tout en protégeant la vie privée, les droits civils, les libertés civiles et les valeurs américaines. 

Les leaders technologiques dans de nombreux domaines sont d’accord: les défis mondiaux imminents, tels que le développement de méthodes pour réduire le plastique dans les océans, la recherche d’un vaccin pour traiter la prochaine pandémie imminente, la réduction des émissions qui causent le changement climatique et la recherche de méthodes de navigation sûres pour les voitures autonomes, sera abordé grâce à de nouveaux outils innovants d’IA et d’apprentissage automatique. La résolution de ces défis urgents se fera au mieux grâce à des perspectives multilatérales, à la recherche collaborative et à une moindre fragmentation de la réglementation technologique.

Les États-Unis et l’Europe, qui sont tous deux confrontés à la même menace de domination autoritaire croissante de l’Internet par la Chine, pourraient construire un partenariat stratégique précieux qui soutiendrait la mise à l’échelle des capacités d’IA des économies occidentales.  Les deux côtés de l’Atlantique doivent travailler pour créer un centre d’ambition plus compatible pour l’IA et continuer à se développer de manière dynamique pour que l’Occident garde son leadership stratégique en matière d’IA vis-à-vis de la Chine.

Les documents indiquent clairement que l‘Union européenne considère la confidentialité et les droits des utilisateurs comme fondamentaux pour la réglementation de l’IA, qu’elle cherche à diriger les efforts réglementaires mondiaux dans l’espace de l’IA et qu’elle considère la réglementation comme un moyen de tirer parti de sa forte position concurrentielle dans les industries B2B. tout en renforçant la faiblesse de l’Europe dans le développement de grandes plateformes numériques en ligne. La conviction fondamentale qu’un cadre réglementaire stimulera l’Europe en tant que leader de l’innovation dans l’économie des données – bien qu’elle ne soit pas étayée – semble clairement imprégner l’examen par la Commission d’une nouvelle législation.

Intelligence Artificielle, livre blanc sur la stratégie de l’Union Européenne

Objectifs de la Commission tels qu’énoncés dans le livre blanc sur l’IA

Dans le livre blanc, la Commission soutient une approche réglementaire et orientée vers l’investissement pour promouvoir l’adoption et lutter contre les risques associés à certaines utilisations de l’IA. Pour atteindre ces objectifs, la Commission propose un «écosystème d’excellence» et un «écosystème de confiance» qui soulignent l’importance de travailler avec les États membres pour investir dans la recherche afin de développer l’IA et d’améliorer la compétitivité de l’UE. 

La Commission définit un futur cadre réglementaire pour l’Union européenne en ce qui concerne le développement de la technologie de l’IA. Ce cadre adopte une approche multiforme de la technologie émergente, proposant des moyens de rendre l’IA accessible aux petites et moyennes entreprises (PME) et discutant d’une réglementation appropriée concernant les applications à haut risque de la technologie et la responsabilité en cas de préjudice physique ou matériel.

La Commission européenne propose un écosystème d’excellence pour aligner les efforts de R&D sur l’IA aux niveaux européen, national et régional et pour mobiliser des ressources à tous les points de la chaîne de valeur. Le cadre vise à accroître l’adoption de l’IA, en particulier parmi les PME et dans les secteurs des services de santé et de transport. Le cadre encourage également les investissements dans l’accès aux données et l’infrastructure informatique et le renforcement de la coopération internationale fondée sur les normes de l’UE pour créer des conditions de concurrence équitables.

L’écosystème d’excellence propose sept recommandations clés: Travailler avec les États membres ; Concentrer les efforts de la communauté de la recherche et de l’innovation ; Compétence ; Focus sur les PME ; Partenariats avec le secteur privé ; Promouvoir l’adoption de l’IA par le secteur public ; Sécuriser l’accès aux données et aux infrastructures informatiques.

La Commission européenne devrait publier un projet de loi sur l’IA au cours du premier trimestre de 2021.

Manifestement, un des enjeux ce sont capacités américaines et européennes en matière d’IA, visant à créer une convergence mondiale autour des réglementations et des normes émergentes en matière d’IA entre les États-Unis et l’UE, offrent la promesse d’aider les États-Unis et l’Union européenne à remporter la compétition géopolitique.entre le modèle illibéral chinois de réglementation de l’IA et le modèle fondé sur les valeurs des États démocratiques. 

La collaboration dans ces domaines pourrait aider à la fois l’Europe et les États-Unis à développer leur économie grâce à l’innovation.

Article source et télécharger le rapport complet : https://www.csis.org/analysis/whats-ahead-cooperative-regulatory-agenda-artificial-intelligence

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.