Pourquoi l’ordre international tend vers l’autocratie ? (V)

By | 17 juin 2021

L’ordre international fait face à des défis majeurs. Il est confronté à des forces motrices nouvelles. Dont l’une principale est cette confrontation entre le monde libéral et illibéral. Face à face qui n’est pas sans rappeler celui du  »monde libre » contre les dictatures au lendemain de la Seconde guerre mondiale. Dernier volet de notre série d’articles pour comprendre ce bras de fer à l’oeuvre entre ces deux visions et qui redessine l’ordre international en vigueur.

Ordre libéral ou illibéral ?

L’effondrement économique initial et l’incertitude politique qui ont accompagné la pandémie du COVID-19 alimenteront probablement de nombreuses tendances illibérales dans l’économie mondiale. Avec la contraction économique mondiale, le commerce et les investissements économiques ont ralenti et les frontières nationales sont de plus en plus importantes. L’OMC a noté un fort rebond au quatrième trimestre 2020, mais prévient que cette reprise est «peu susceptible de se maintenir» au premier semestre 2021.

Dans l’intervalle, le commerce mondial des services reste déprimé et les voyages internationaux sont en baisse de 68%. La Chine s’est imposé centre mondial de fournitures médicales d’urgence et de vaccins, et la crise a exercé une nouvelle pression sur les débiteurs de la BRI pour qu’ils remboursent leurs prêts. Cela soulève la perspective d’annulations imminentes de la dette ou d’autres formes de restructuration de prêts qui pourraient renforcer l’influence politique de Pékin dans les pays très endettés. 

Les dépenses d’urgence au milieu de la pandémie aggravent ces tendances, alors que les élites et les kleptocrates du monde entier utilisent les emprunts induits par la crise pour récompenser leurs alliés politiques. Début 2021, l’organisme de surveillance international de la corruption Transparency International a déclaré qu’une faible surveillance «soulevait de graves préoccupations» et a constaté, dans l’ensemble, que les niveaux de corruption aux États-Unis étaient les plus élevés en neuf ans.

Le travail de sape des États autoritaires

Si les tendances actuelles se poursuivent, l’ordre international émergent contiendra probablement encore des caractéristiques libérales. L’intergouvernementalisme libéral – sous la forme d’organisations multilatérales et de relations interétatiques – restera une force majeure dans la politique mondiale. Mais ce sera, pour adapter un intergouvernementalisme aux caractéristiques autocratiques. Les États autoritaires continueront à ébranler le libéralisme politique dans les anciennes institutions internationales tout en construisant des alternatives illibérales

La société civile transnationale restera probablement un lieu de discorde idéologique continue, avec une variété d’acteurs réactionnaires, populistes et pro-autocratiques en concurrence avec les groupes libéraux et les uns avec les autres. Un tel monde ressemblera plus à celui des années 1920 qu’à la guerre froide.la concurrence des grandes puissances »est tout aussi susceptible de stimuler les tendances illibérales – y compris l’animosité dirigée contre les Chinois de souche et la pression pour étendre la surveillance intérieure – que de redynamiser les partisans, les institutions et les réseaux libéraux.

À moins de changements inattendus dans la répartition du pouvoir ou de changement de régime au sein d’États autoritaires émergents, les défenseurs du libéralisme politique international ne devraient pas s’attendre à des succès francs et massifs. Une étape importante, cependant, serait un effort coordonné des grandes démocraties pour s’engager avec de nouvelles organisations régionales sur des questions, des normes et des valeurs communes, c’est-à-dire des préoccupations qui sont généralement mises en suspend au nom du pragmatisme politique. Un engagement global devrait devenir pour les États libéraux la façon d’interagir avec des groupes tels que l’OCS, l’OTSC et l’Union économique eurasienne.

Les pouvoirs démocratiques doivent se manifester et défendre leurs valeurs

Le retrait de Trump de l’Organisation mondiale de la santé illustre les risques de faire autrement. Après que l’administration Trump a suspendu son financement pour protester contre l’influence indue présumée de Pékin, la Chine a annoncé qu’elle interviendrait pour combler le déficit de financement ultérieur. Plutôt que d’affronter le révisionnisme chinois, de tels retraits concèdent de nouveaux domaines de gouvernance mondiale à Pékin et à ses clients illibéraux. L’ intention déclarée de l’administration Biden d’adopter le multilatéralisme est une évolution bienvenue.

Le statut du libéralisme économique dans un tel avenir est cependant beaucoup plus incertain

Les États-Unis ont déjà militarisé l’interdépendance en tirant parti de leur emprise sur les réseaux financiers et technologiques mondiaux pour obliger d’autres pays à rejeter la propagation de la technologie 5G chinoise. Plus les États-Unis renoncent à leur influence dans les organisations internationales, sapent délibérément leur capital diplomatique et portent préjudice à leur soft power tant vanté, plus ils dépendront des instruments militaires et de la coercition économique pour se frayer un chemin dans la politique mondiale. Cet engrenage empêcherait certainement Washington de devenir une force du libéralisme international.

Bien qu’un recul majeur de l’interdépendance reste possible, le résultat le plus probable ne sera ni l’isolationnisme ni l’autoritarisme hypercapitaliste. Ce sera plutôt un monde dans lequel les flux transnationaux sont de plus en plus orientés vers les besoins des kleptocrates nationaux et des réseaux de favoritisme. Les partisans de l’ordre libéral devraient donc se concentrer sur les efforts de lutte contre la corruption. 

Les États-Unis, le Royaume-Uni et l’UE devraient continuer à développer de nouvelles mesures anticorruption à portée extraterritoriale, telles que l’extension du Foreign Corrupt Practices Act des États-Unis et l’application des nouvelles ordonnances sur la richesse inexpliquée du Royaume-Uni. La loi américaine sur la transparence des entreprises de 2021, qui met fin à l’anonymat de nombreuses sociétés écrans d’ici 2022—est un pas majeur dans la bonne direction. Mais Washington, Londres et Bruxelles devraient faire beaucoup plus pour harmoniser leurs efforts, notamment en créant des registres communs et publics des bénéficiaires effectifs des entreprises et en promulguant des sanctions coordonnées contre les kleptocrates.

La bonne nouvelle est qu’il existe peu de normes efficaces en faveur de la corruption. L’opposition à la corruption reste politiquement pertinente dans les puissances non libérales telles que la Russie et la Chine, alors même que ces pays utilisent de plus en plus la corruption de manière stratégique pour acheter et capter les élites, les bureaucrates et les régulateurs à l’étranger.

Le succès des efforts visant à développer un ordre illibéral ne signifie pas que les pouvoirs libéraux manquent d’occasions de façonner les normes et les institutions. Aucun ordre international n’est homogène. Il n’y a rien d’inhabituel dans les variations des arrangements et des valeurs entre les différentes régions ou domaines politiques. Cependant, certains aspects de l’ordre libéral contemporain, en particulier dans le domaine économique, doivent être réformés sous peine de continuer à saper la viabilité des institutions démocratiques libérales nationales.

En effet, les décideurs politiques désireux de résister aux défis du libéralisme doivent donner la priorité à ses dimensions politiques, à la fois dans leur pays et dans des contextes intergouvernementauxCela signifie défendre le libéralisme politique en paroles et en actes. Cela signifie également affirmer, plutôt que saper, son fondement normatif actuel. Des projets, comme la tentative de l’ancien secrétaire d’État américain Mike Pompeo de redéfinir les droits de l’homme, qui nécessitent de s’attaquer à ses fondements, ne feront que se retourner contre eux – rendant la tâche des pouvoirs autoritaires d’autant plus facile.

Article source : Pourquoi l’ordre international tend vers l’autocratie ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.