Comment la pandémie a bouleversé le monde du travail : ruptures et tendances

By | 8 décembre 2020

Avec des millions d’emplois perdus, des robots en hausse et des cols blancs travaillant en grande partie à la maison, le COVID-19 semble avoir inauguré une nouvelle normalité sur le lieu de travail mondial.

Mais bon nombre de ces développements découlent de l’échec des réponses politiques aux mégatendances déjà en marche bien avant que la pandémie ne frappe. Depuis au moins deux décennies, l’évolution démographique et les bouleversements technologiques bouleversent les marchés du travail, exacerbent les inégalités, rendent les emplois de plus en plus précaires et aggravent l’insécurité économique.

La nouvelle normalité, en d’autres termes, n’est pas vraiment nouvelle. Un virus mortel a simplement accéléré le rythme du changement, avec des conséquences dévastatrices, en particulier pour les économies en développement, qui devraient perdre au moins 220 milliards de dollars de revenus, selon le Programme des Nations Unies pour le développement.

Maintenant que la crise est sur nous, nous ne devons pas la gaspiller, comme aiment à le dire les politiciens. Les décideurs doivent poursuivre une correction de cap plus radicale qu’on ne l’avait envisagé auparavant. Ils doivent balayer les idées erronées sur les emplois et saisir cette urgence comme une opportunité de construire des économies résilientes, équitables et durables.

Changement démographique

Cet exercice nécessite plus qu’un retour aux conditions pré-COVID. Il appelle à une réévaluation fondamentale de nos hypothèses, en commençant par la façon dont nous considérons la démographie.

Les économies avancées – pensez à l’Allemagne, au Japon et aux États-Unis – sont aux prises avec le vieillissement de la population. Il en va de même pour certaines économies de marché émergentes, dont la Chine. Mais dans la majorité des économies en développement, la population jeune augmente. 

Certains de ces pays, comme l’Inde, l’Indonésie et le Nigéria, approcheront du pic de leur explosion démographique au cours des deux prochaines décennies, tandis que des pays plus petits, comme l’Angola et la Zambie, en sont aux premiers stades de la transition démographique.

La sagesse conventionnelle dit qu’une population nombreuse et croissante de jeunes adultes peut fournir un dividende démographique en augmentant le ratio travailleurs / enfants à charge et retraités. Mais ce postulat doit être repensé. Une poussée de jeunesse ne présente un avantage que si les économies peuvent créer des emplois productifs avec des salaires en hausse. La population indienne de jeunes de 362 millions, âgés de 15 à 29 ans, est plus élevée que l’ensemble de la population des États-Unis. À 17,8%, le taux de chômage de cette cohorte était trois fois supérieur à celui de l’ensemble de la population active avant même la pandémie. 

Les jeunes des pays qui échouent au test de l’emploi productif sont susceptibles de se retrouver au chômage ou de travailler dans des emplois de mauvaise qualité dans l’économie informelle, qui n’est ni taxée ni surveillée par les gouvernements (voir Back to Basics dans ce numéro de F&D).

Sans création d’emplois à grande échelle, la main-d’œuvre excédentaire dans les économies en développement exercera une pression à la baisse sur les salaires et les conditions de travail. Il en résultera non seulement une détérioration de la qualité de vie, mais également un plafond de croissance économique. Nous ne pouvons pas nous attendre à ce que la classe moyenne des économies en développement continue de croître si les jeunes ne peuvent pas trouver des emplois rémunérés par la classe moyenne.

Comme lors des crises précédentes, les jeunes adultes ont été parmi les premiers touchés par les bouleversements sociaux, éducatifs et économiques. Cela a été confirmé par une enquête menée auprès de plus de 12000 jeunes dans 112 pays en avril et mai, alors que la pandémie engendrait la pire récession mondiale depuis la Seconde Guerre mondiale (voir Picture This dans ce numéro de F&D).

Dans le cadre de l’enquête, l’Organisation internationale du travail (OIT) a constaté que 17 pour cent des personnes précédemment employées entre 18 et 29 ans ont cessé de travailler après la pandémie et 42 pour cent ont signalé une baisse de revenu. En l’absence de voies d’accès à des emplois productifs et de qualité, les économies en développement qui placent leurs ambitions économiques sur un avantage démographique se préparent à la déception.

Des changements accélérés par la pandémie

La pandémie accélère les progrès de la technologie, qui restructurait déjà les marchés du travail. Pour beaucoup, la technologie a amélioré l’efficacité et permis le travail à distance, mais pour d’autres, elle a perturbé les moyens de subsistance. L’automatisation a clairement détruit certains emplois car les robots nettoient les sols des hôpitaux, les opérateurs de péage disparaissent et les chatbots remplacent les agents du service client. Pourtant, les plateformes numériques ont également ajouté des emplois nouveaux et différents à l’économie – des emplois dans la programmation de logiciels, les soins de santé et, oui, la livraison de pizzas et les services de taxi.

La question clé est la suivante: quels emplois vont disparaître et qui peut accéder aux nouvelles formes de travail?

L’automatisation gagnait du terrain bien avant l’arrivée du COVID-19. Cela ne devrait pas surprendre, en particulier dans les endroits où les nouvelles technologies ont déclenché une transformation structurelle par le passé par des déplacements massifs d’emplois – d’abord des exploitations agricoles aux usines, puis des usines aux services.

Suite de l’article et fin de l’article : les solutions face à ces ruptures majeures

SABINA DEWAN est présidente et directrice exécutive du JustJobs Network, un groupe de réflexion international axé sur la création d’emplois plus nombreux et de meilleure qualité dans le monde.

EKKEHARD ERNST est un macroéconomiste de l’Organisation internationale du travail qui étudie l’impact des tendances et des politiques sur l’emploi, les salaires et les inégalités.

Article source : Rethinking the world of work

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.