Marché du travail, faut il craindre plus d’inégalités et de robots ?

By | 27 avril 2021

De la construction automobile aux caisses en libre-service, nous voyons tous comment l’automatisation peut transformer le monde du travail – avec des coûts inférieurs et une productivité plus élevée d’une part, et des emplois plus précaires pour les personnes d’autre part.

Mais la pandémie COVID-19 a jeté de l’huile sur le feu. La montée du télétravail, par exemple, nuit aux travailleurs à bas salaire et augmente les inégalités . Plus généralement, si la pandémie accélère le rythme de l’automatisation, nous pourrions être confrontés à une reprise sans emploi pour les travailleurs peu qualifiés. Notre récente étude du FMI  suggère que ces préoccupations sont justifiées.

Nous nous concentrons sur une forme d’automatisation, les robots industriels, et analysons l’effet des grandes pandémies passées sur leur adoption: SRAS en 2003, H1N1 en 2009, MERS en 2012 et Ebola en 2014. Nous utilisons des techniques économétriques et des données robotiques au niveau sectoriel. niveau de la Fédération internationale de robotique couvrant 18 industries dans 40 pays entre 2000 et 2018.

Nous constatons que l’adoption de robots (mesurée par de nouvelles installations de robots pour 1000 employés) augmente après une pandémie, en particulier lorsque l’impact sur la santé est grave et lorsque la pandémie est associée à un ralentissement économique important.

Pourquoi les pandémies entraînent-elles la montée en puissance des robots? 

Nous voyons deux raisons principales.

Premièrement, après des chocs importants comme les récessions, les entreprises restructurent leurs activités et adaptent leur production à des technologies qui abaissent les coûts de main-d’œuvre. 

Deuxièmement, les entreprises peuvent préférer les robots car ils sont à l’abri des risques pour la santé. L’incertitude induite par une pandémie ajoute également aux incitations à l’automatisation, car les entreprises essaient de s’assurer qu’elles peuvent résister à la prochaine pandémie.

La montée des robots et des inégalités

Les robots n’affectent pas tous les travailleurs de la même manière. Les travailleurs peu qualifiés sont plus à risque d’être remplacés par des robots que les travailleurs hautement qualifiés, ce qui renforce la dynamique des inégalités existantes.

En examinant les données nationales et un échantillon plus large, nous constatons qu’à la suite d’une pandémie, l’augmentation des inégalités, mesurée par le coefficient de Gini, est plus importante à moyen terme là où l’adoption de nouveaux robots a augmenté davantage. Nos résultats suggèrent que l’accélération de la robotisation est un canal important par lequel les pandémies conduisent à une plus grande inégalité .

Pour l’avenir, un corollaire de nos résultats est que si l’automatisation et la robotisation s’accélèrent à partir de niveaux encore bas, elles deviendront probablement des facteurs d’inégalité encore plus importants à l’avenir. Si elles ne sont pas contrôlées, les disparités croissantes peuvent conduire à des griefs durables et, en fin de compte, à des troubles sociaux , formant un cercle vicieux.

Les décideurs doivent prêter attention à la prévention des séquelles sur les moyens de subsistance des plus vulnérables, notamment grâce à des politiques du marché du travail appropriées.

Marché du travail, faut il craindre plus d’inégalités et de robots ?

À mesure que l’automatisation s’intensifie suite au COVID-19 et transforme les lieux de travail, davantage de travailleurs devront trouver de nouveaux emplois, en particulier ceux qui sont moins qualifiés. Les politiques visant à atténuer les inégalités croissantes comprennent la réorganisation de l’éducation pour répondre à la demande d’ensembles de compétences plus flexibles, ainsi que l’apprentissage tout au long de la vie et de nouvelles formations, en particulier pour les travailleurs les plus touchés. 

Un bon exemple est l’ initiative SkillsFuture de Singapour , qui promeut l’apprentissage à toutes les étapes de la vie pour relever les défis posés par les changements technologiques.

Ces mesures peuvent encore échouer si la formation implique l’acquisition d’un ensemble de compétences trop exigentes, ce qui augmente la possibilité d’abandons. Il est donc important que les décideurs politiques envisagent des moyens de relever les défis sociaux à moyen terme, notamment en renforçant les filets de sécurité sociale.

Si la robotisation est inévitable, son résultat distributif dépendra des politiques. Une société qui est plus disposée à fournir un soutien à ceux qui sont laissés pour compte peut s’adapter à un rythme d’innovation plus rapide, tout en veillant à ce que tous les membres de la société soient mieux lotis.

Article source : What Pandemics Mean for Robots and Inequality

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.