Politique climatique, les 3 clés de la réussite

By | 28 octobre 2021

Voici la synthèse d’un article intitulé Why climat policy has failed publié dans la revue Foreign Affairs.

Le monde est témoin d’une série alarmante de catastrophes météorologiques – incendies de forêt géants, vagues de chaleur mortelles, ouragans puissants et inondations millénaires. Il ne fait aucun doute que ce n’est que le début du triste bilan que le changement climatique aura dans les années à venir. Aujourd’hui, la question centrale est de savoir si nos systèmes politiques peuvent rattraper les réalités géophysiques qui menacent nos vies et nos moyens de subsistance. 

Alors que les dirigeants mondiaux luttent pour concevoir et adopter des politiques qui peuvent ralentir le rythme du réchauffement et atténuer ses conséquences, la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques à Glasgow, en Écosse, en novembre sera un test important.

Comment évaluer le succès des politiques climatiques passées ? Le meilleur indicateur est l’intensité carbone, qui est une mesure des émissions de dioxyde de carbone divisée par le PIB mondial réel. 

Pourtant, même avec tous les accords internationaux des trois dernières décennies—la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques de 1992, le Protocole de Kyoto de 1997, l’Accord de Copenhague de 2009 et l’Accord de Paris sur le climat de 2015, ainsi que 25 conférences de la parties – au cours de la même période, le taux de décarbonation est resté inchangé.

Les trois principales raisons de cette absence de progrès dans la décarbonation

Pourquoi y a-t-il eu si peu de progrès ? 

Pour commencer, le prix des émissions de dioxyde de carbone dans le monde est essentiellement nul, il n’y a donc pas de réelle incitation du marché à décarboniser.

Deuxièmement, nos économies souffrent d’un investissement insuffisant dans les technologies à faible émission de carbone en raison d’incitations à l’innovation mal alignées.

Enfin, toute la structure de la politique internationale est entravée par le syndrome du free-riding. Les pays comptent sur les autres pour agir, une tendance qui sape la force des accords climatiques. Compte tenu de ces trois problèmes, il n’est pas surprenant que le monde ait fait si peu de progrès pour ralentir le changement climatique.

La politique climatique d’aujourd’hui doit remédier à tous ces échecs.

Une stratégie réussie doit inclure trois éléments qui se renforcent mutuellement :

1.Une tarification universelle du carbone. L’étape la plus importante pour atteindre les objectifs climatiques consiste à fixer un prix de marché sur les émissions de dioxyde de carbone et d’autres gaz à effet de serre, comme le méthane. Par souci de concision, cela est communément appelé un prix sur le carbone. Un prix du carbone élevé est nécessaire si nous voulons changer le comportement de milliers de gouvernements locaux et nationaux, de millions d’entreprises et de milliards de consommateurs.

Un deuxième point, moins évident, est que le prix du carbone doit être égal entre les pays et les secteurs.

2.Un soutien gouvernemental solide aux technologies à faible émission de carbone. La raison de l’urgence est que le passage à une économie mondiale à faible ou zéro carbone nécessitera le remplacement de grandes parties de notre infrastructure énergétique et/ou le développement de toutes nouvelles technologies d’élimination du carbone.

Selon une estimation approximative, il faudra de l’ordre de 100 000 à 300 000 milliards de dollars de nouveaux capitaux pour atteindre zéro émission nette au cours des quatre prochaines décennies. Et une grande partie de ce nouveau capital doit venir sous la forme de technologies qui sont en grande partie non éprouvées ou immatures aujourd’hui.

Politique climatique, les 3 clés de la réussite

Il convient de souligner que l’exigence principale est le soutien à la recherche et au développement , et non à la production. Développer de nouvelles technologies et sources d’énergie à faible émission de carbone est bien plus important que de subventionner la génération actuelle d’équipements à faible émission de carbone dans les voitures, les maisons et l’industrie.

3.Une nouvelle architecture pour les accords internationaux sur le climat. Pourquoi des accords internationaux historiques tels que le Protocole de Kyoto et l’Accord de Paris n’ont-ils pas réussi à réduire les tendances en matière d’émissions ? La raison en est le free-riding – les pays négligent de faire leur part, faisant passer leurs intérêts nationaux avant les intérêts mondiaux.

Chaque pilier est nécessaire si le monde veut avoir une chance d’atteindre ses objectifs climatiques.

Le monde a fait peu de progrès dans le ralentissement du réchauffement climatique. Même avec toutes les politiques mises en œuvre au cours des trois dernières décennies, le taux de décarbonation mondiale est inchangé.

Auteur : WILLIAM NORDHAUS est professeur Sterling d’économie à l’Université de Yale et lauréat du prix Nobel d’économie 2018.

Article source : Why Climate Policy Has Failed

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.