Pourquoi l’ordre international tend vers l’autocratie ? (I)

By | 18 mai 2021

L’ordre international fait face à des défis majeurs. Il est confronté à des forces motrices nouvelles. Dont l’une principale est cette confrontation entre le monde libéral et illibéral. Face à face qui n’est pas sans rappeler celui du  »monde libre » contre les dictatures au lendemain de la Seconde guerre mondiale. Nous commençons notre série d’articles pour comprendre ce bras de fer à l’oeuvre entre ces deux visions et qui redessine l’ordre international en vigueur.

L’«ordre international libéral» est soumis à de fortes tensions. Bien que ses partisans se soient félicités de la défaite de l’ancien président américain Donald Trump, l‘ordre est toujours confronté à des défis majeurs de l’intérieur et de l’extérieur. Les politiciens populistes du monde entier appellent à des changements majeurs dans les normes et les valeurs de la politique mondiale. Ils attaquent l’ordre libéral comme un soi-disant projet mondialiste qui sert les intérêts d’élites sinistres tout en piétinant la souveraineté nationale, les valeurs traditionnelles et la culture locale. 

Certains de ses politiciens dirigent actuellement des pays appartenant à des piliers de l’ordre libéral, comme l’OTAN et l’Union européenne Pendant ce temps, des puissances illibérales enhardies cherchent à saper des éléments clés de l’ordre libéral. La Chine et la Russie, en particulier, ont exercé une puissance diplomatique, économique et même militaire pour proposer des visions alternatives.

Mais si l’ordre international libéral actuel est en difficulté, quel genre d’ordre illibéral pourrait émerger dans son sillage? Un ordre illibéral signifie-t-il nécessairement une compétition pour le pouvoir entre de grandes puissances de plus en plus nationalistes, un protectionnisme effréné et un monde hostile à la gouvernance démocratique?

Les tendances actuelles suggèrent moins un effondrement complet de l’ordre libéral que des changements importants dans le mélange d’éléments illibéraux et libéraux qui caractérisent la politique mondiale. La coopération multilatérale et la gouvernance mondiale restent fortes, mais elles présentent des caractéristiques de plus en plus autocratiques et illibérales. La force croissante du populisme réactionnaire et l’affirmation des pouvoirs autocratiques érodent la capacité de l’ordre international à soutenir les droits humains, politiques et civils. Des développements similaires indiquent un avenir où les arrangements économiques libéraux sont utilisés à des fins oligarchiques et kleptocratiques.

Ces processus sont déjà en marche. Ils découlent non seulement des développements récents, mais aussi des forces qui transforment l’ordre international depuis le début du XXIe siècle. En effet, il serait naïf de penser que l’ordre libéral peut être gelé sous une forme particulière. Il existe des tensions et des compromis inhérents qui génèrent des pressions en faveur du changement. Il peut être impossible d’inverser complètement les tendances actuelles de l’évolution de l’ordre international. Les États démocratiques devraient plutôt concentrer leurs efforts sur l’élaboration d’un ordre changeant afin de mieux protéger leurs valeurs et leurs systèmes de gouvernement.

Ordres internationaux libéraux Vs illibéraux

Qu’est-ce qui rend un ordre illibéral?

La grande majorité des ordres internationaux – qui étaient exclusivement des affaires régionales avant le dix-neuvième siècle – étaient anti-libéraux. Ils se présentaient sous de nombreuses formes et tailles, et à part être peu libéraux, ils ne partageaient pas grand-chose en commun. Les attitudes à l’égard de la guerre, des échanges économiques et de la conduite de la diplomatie variaient considérablement. 

De nombreux ordres internationaux passés tenaient pour acquis l’inégalité fondamentale des êtres humains, mais ils impliquaient des interprétations très différentes de la stratification sociale. Certains étaient organisés autour d’empires universels qui prétendaient, en théorie, exercer la suzeraineté sur le monde entier. Les empires coloniaux étaient fondés sur la compréhension de la hiérarchie raciale et des missions civilisatrices. D’autres étaient composées de cités-états ou ancrées à de grandes confédérations nomades. 

Définition du libéralisme, 3 domaines majeurs

Si nous voulons donner un sens à l’évolution de l’ordre international contemporain, il vaut mieux commencer par une discussion sur le libéralisme. Bien que le libéralisme lui-même se décline en différentes valeurs – combinant parfois des caractéristiques libérales et illibérales – il implique généralement trois domaines majeurs:

Le libéralisme politique concerne les systèmes politiques nationaux. Dans sa forme la plus faible, il soutient que les gouvernements doivent respecter certains droits humains et civils fondamentaux. Les formes les plus fortes soutiennent que tous les États devraient être des démocraties libérales. Cela signifie que l’ordre libéral peut exister dans des systèmes non libéraux, y compris témoignant d’une tolérance religieuse limitée en Europe après 1648 ou une tolérance plus large comme dans l’empire perse achéménide.

Le libéralisme économique implique un engagement en faveur des économies de marché. Ce que cela signifie dans la pratique peut varier considérablement. Le libéralisme du New Deal associé au système de Bretton Woods après la Seconde Guerre mondiale envisageait des économies mixtes avec des contrôles des capitaux et des États providence robustes. En revanche, l’ordre néolibéral qui a dominé dans les années 90 préfère les marchés autorégulés, la mobilité des capitaux et la privatisation des fonctions gouvernementales.

L’intergouvernementalisme libéral concerne les moyens ou la forme de l’ordre international. Les formes fortes d’intergouvernementalisme libéral favorisent les traités et accords multilatéraux; organisations internationales; et les institutions qui établissent des règles, règlent les différends et fournissent des marchandises internationales. En général, l’intergouvernementalisme libéral implique également des accords bilatéraux qui reflètent les principes de l’égalité souveraine, même entre des États sensiblement inégaux. En revanche, les formes illibérales de gouvernance internationale vont de l’affirmation de sphères d’influence privilégiées à l’impérialisme formel.

L’ordre international – et les organisations régionales dans des endroits comme l’Europe, l’Afrique australe ou l’Asie de l’Est – combine ces domaines de différentes manières. Après la guerre froide, cependant, les décideurs politiques américains se sont convaincus que Washington pouvait établir l’ordre libéral international comme un équilibre relativement stable – même s’ils ont dégagé des exemptions, comme celles de la Cour pénale internationale. Les dirigeants américains ont supposé que le monde convergerait autour de principes de démocratisation, d’expansion des marchés et d’institutionnalisation du multilatéralisme dans la gouvernance mondiale. Ils pensaient que ces principes viendraient se renforcer les uns les autres.

C’était une hypothèse plausible. Il n’a pas fallu longtemps aux institutions libérales pour combler le vide laissé par la disparition de l’ordre soviétique. L’effondrement du Pacte de Varsovie en 1991 a donné lieu à l’expansion de l’OTAN. En quelques années, l’Union européenne s’est lancée dans un effort ambitieux pour intégrer les États européens postcommunistes. Le triomphe de la démocratie semblait inévitable. 

Le consensus de Washington

Les résistants autocratiques – tels que Slobodan Milosevic en Yougoslavie et Vladimir Meciar en Slovaquie – ont souvent été punis militairement et économiquement par les puissances occidentales ou par de larges coalitions nationales. Les organisations financières internationales et les agences de développement sous contrôle occidental ont supervisé les transitions vers les économies de marché avec le soutien de conseillers et de consultants occidentaux. 

Des principes tels que la propriété privée, les investissements étrangers sans restriction, les flux de capitaux ouverts, et le libre-échange étaient ancrés dans le droit interneLe soi-disant consensus de Washington a dominé la gouvernance économique internationale, tandis que le multilatéralisme et l’intergouvernementalisme sont devenus le mode standard de coopération économique mondiale par le biais de nouvelles institutions telles que l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

Néanmoins, ces différents domaines ne doivent pas nécessairement coexister. Ils peuvent même travailler à contre-courant. Les empires, par exemple, ont encouragé l’ouverture des marchés et le libre-échange, mais personne ne décrirait leur autre comportement comme conforme à l’intergouvernementalisme libéral. Les néoconservateurs soulignent depuis longtemps comment les normes de souveraineté dans les institutions multilatérales telles que l’ONU peuvent protéger les régimes autocratiques de la libéralisation. 

Considérez simplement les États autoritaires qui siègent au Conseil des droits de l’homme de l’ONU (UNHRC) ou la façon dont la Hongrie et la Pologne se sont protégées mutuellement des sanctions de l’UE. Des organisations telles que le Fonds monétaire international ont été accusées de déroger aux principes démocratiques en appliquant des programmes d’ajustement structurel envers des États économiquement vulnérables qui affectent de manière disproportionnée les pauvres et accentue le déficit démocratique.  .

La tension inévitable entre ces aspects du libéralisme peut devenir une source de transformation de l’ordre international. De telles mutations peuvent pousser les ordres internationaux dans des directions uniformément illibérales ou de manière à rendre une dimension plus libérale et une autre moins. Considérez l’émergence et l’évolution des principes de «responsabilité de protéger» qui justifient une intervention internationale pour prévenir le génocide, les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité. Ces normes opposaient les normes de souveraineté et les restrictions à l’usage de la force aux normes relatives aux droits de l’homme. 

Ces dynamiques garantissent que l’ordre libéral international mute au fil du temps, produisant différentes combinaisons libérales et illibérales.

Article source : Pourquoi l’ordre international tend vers l’autocratie ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.