Les institutions financières engagées en faveur de biodiversité

By | 1 juin 2021

Les banques et les institutions financières sont souvent décriées pour leur choix d’investissement encore favorable aux énergies fossiles et leur manque d’engagement envers les énergies renouvelables et un support timide en faveur de la préservation de la biodiversité.

Voici une structure qui dément cette assertion trop répandue et démontre la vraie prise de conscience des banques face aux enjeux climatiques.

Le Partnership for Biodiversity Accounting Financials (PBAF) est un partenariat d’institutions financières qui travaillent ensemble pour explorer les opportunités et les défis entourant l’évaluation et la divulgation de l’impact sur la biodiversité associé à leurs prêts et investissements.

Par le biais de discussions, d’échanges d’expériences et d’études de cas, les partenaires du PBAF coopèrent à l’élaboration d’un ensemble de principes harmonisés sous-tendant l’évaluation de l’impact sur la biodiversité.

Ces principes ne sont pas réservés à une méthodologie d’évaluation d’impact spécifique et peuvent offrir un point de départ précieux pour les évaluations d’impact sur la biodiversité tant qualitatives que quantitatives appelées aussi les «empreintes» de la biodiversité. Au travers de ces principes, PBAF souhaite contribuer au développement d’une approche harmonisée de comptabilité de la biodiversité dans le secteur financier.

Conscience croissante des impacts sur la biodiversité

Le Partnership for Biodiversity Accounting Financials (PBAF) a été initié par l’ASN Bank fin 2019 et mis en place avec ACTIAM, Triple Jump, Triodos, Robeco et FMO. L’initiative PBAF marche sur les pas du Partnership for Carbon Accounting Financials (PCAF), initié par l’ASN Bank quelques années plus tôt, une initiative qui est maintenant devenue une initiative mondiale.

Le PBAF a été crée à une époque où les institutions financières prennent de plus en plus conscience que les impacts et les dépendances sur la biodiversité jouent un rôle important, à la fois du point de vue des risques et des opportunités.

Les secteurs économiques investis dans l’impact sur la biodiversité et dépendent des services écosystémiques fournis par la nature. Ces services sont de plus en plus menacés par la perte de biodiversité.

Grâce à leurs investissements, les institutions financières peuvent jouer un rôle important dans la conservation et l’utilisation durable de la biodiversité, contribuant non seulement aux objectifs de biodiversité de la Convention sur la diversité biologique (CDB), mais aussi à la réduction des risques d’investissement.


Partnership for Biodiversity Accounting Financials

15 nouvelles institutions financières

Récemment quinze institutions financières ont rejoint le Partenariat pour la comptabilité financière de la biodiversité (PBAF). Ce faisant, ils démontrent leur engagement à poursuivre activement une méthodologie commune de mesure et de reporting de l’impact de leurs prêts et investissements sur la biodiversité. Cela permet aux institutions financières de calculer leur empreinte biodiversité et de prendre des mesures ciblées pour restaurer et protéger la biodiversité.

Les ambitions pour 2021

L’ambition commune des partenaires PBAF est que les institutions financières mesurent leur impact sur la biodiversité, qu’elles soient transparentes sur leur reporting d’impact et qu’elles se fixent des objectifs pour améliorer leur empreinte écologique.

L’objectif est de présenter un nouveau rapport décrivant les paramètres communs des partenaires en 2021. Pour y parvenir, les partenaires s’associeront au sein de plusieurs groupes de travail pour aborder des questions pertinentes, telles que:

– Impact sur la biodiversité des investissements dans le secteur agricole.
– Impact sur la biodiversité et dépendances dans les investissements en actions.
– Impact sur la biodiversité des investissements dans la foresterie, l’agroforesterie et la restauration écologique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.