Pourquoi l’ordre international tend vers l’autocratie ? (III)

By | 27 mai 2021

L’ordre international fait face à des défis majeurs. Il est confronté à des forces motrices nouvelles. Dont l’une principale est cette confrontation entre le monde libéral et illibéral. Face à face qui n’est pas sans rappeler celui du  »monde libre » contre les dictatures au lendemain de la Seconde guerre mondiale. Volet 3 de notre série d’articles pour comprendre ce bras de fer à l’oeuvre entre ces deux visions et qui redessine l’ordre international en vigueur.

Le libéralisme politique est il en déclin dans le monde ?

Aucune dimension de l’ordre international n’est peut-être plus menacée actuellement que le libéralisme politique. Les principes démocratiques libéraux ont profondément influencé l’ordre de l’après-Seconde Guerre mondiale, qui mettait l’accent sur la promotion et la protection des droits individuels et la responsabilité des individus pour leur participation à des crimes ou à la corruption. Depuis les années 1940, bien sûr, l’application et le respect des droits de l’homme, des libertés politiques, des normes antigénocides ont été inégales. Mais l’importance de ces droits et principes libéraux est évidente par rapport aux normes et pratiques des ordres internationaux antérieurs.

Pourtant, bien que des généralisations radicales sur le déclin de la démocratie exigent de la prudence, il est clair que ses partisans sont sur la défensive. Le début des années 2000 a été un point d’inflexion important. En 2006, pour la première fois depuis la fin de la guerre froide, l’organisation non gouvernementale Freedom House a observé que le nombre d’États avec des scores de démocratie en déclin dépassait en nombre ceux dont les scores par pays étaient améliorés (33 contre 18). Cette tendance se poursuit chaque année depuis.

Pourquoi le libéralisme politique a-t-il été confronté à un défi si soutenu? 

Rétrospectivement, les analystes ne doivent pas sous-estimer le rôle de la réaction systémique aux «révolutions de couleur» en Eurasie, qui se sont produites au milieu de la première décennie de ce siècle et aux mouvements du printemps arabe dans les premières années de la deuxième décennie. Au cours des révolutions de couleur, les manifestations de rue dans un certain nombre de pays post-soviétiques ont balayé les régimes étroitement liés à Moscou et les ont remplacés par des successeurs plus occidentaux. En Géorgie en 2003, Mikheil Saakashvili est arrivé au pouvoir en poussant un programme visant à rejoindre rapidement l’Occident et l’OTAN. 

L’année suivante, la Révolution orange de l’Ukraine a annulé la victoire électorale du candidat préféré de Moscou, Viktor Ianoukovitch. Moscou, avec d’autres régimes autocratiques de la région, ils ont commencé à considérer les mouvements démocratiques et leurs soutiens non comme des nuisances politiques mais comme des menaces sécuritaires urgentes et potentiellement déstabilisantes. La Russie et les pays de la région post-soviétique ont sévèrement réprimé les manifestations de rue, interdit ou restreint les organisations de la société civile et dénoncé les militants démocratiques financés par des fonds étrangers.

Promouvoir de nouvelles normes

Ces révolutions, ainsi que la guerre en Irak, ont contribué à revoir les États-Unis en tant que puissance hégémonique déterminée à renverser les régimes autoritaires. Le printemps arabe a encore confirmé cette image. Washington a encouragé les manifestations en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, a donné son feu vert à l’intervention de l’OTAN en Libye et a même mis à profit ses liens de sécurité profonds avec l’Égypte pour forcer l’éviction du dirigeant de longue date du pays, Hosni Moubarak. Dans le même temps, le rôle (souvent surestimé) des médias sociaux dans le printemps arabe a convaincu les régimes autoritaires de la nécessité de développer des contre-mesures efficaces. 

Les puissances émergentes ont également cherché à promouvoir de nouvelles normespour contrer l’attrait du libéralisme politique. L’une d’elles, la «diversité civilisationnelle», informe fréquemment les relations bilatérales de la Chine et son engagement avec les organisations internationales et régionales. L’accent mis sur le concept du relativisme culturel, la non-ingérence souveraine et le respect des différences civilisationnelles vise à saper le libéralisme politique. Un ensemble différent de «contre-normes», le plus souvent défendu par la Russie, met l’accent sur les «valeurs traditionnelles». Celles-ci actualisent la vision d’associer le libéralisme à la décadence et au déclin. Le gouvernement russe a promu, avec le soutien de certains États du Moyen-Orient, l’idée que la religion organisée par l’État devrait jouer un rôle plus important dans la vie politique, les valeurs familiales hétérosexuelles «traditionnelles» et les restrictions à la migration pour sauvegarder les identités nationales.

En effet, dans les années 90, les réseaux transnationaux étaient massivement associés à des causes libérales telles que les droits de l’homme, l’égalité des sexes et la protection de l’environnement. Désormais, les régimes illibéraux utilisent des acteurs transnationaux à leurs propres fins. Considérez, par exemple, le succès du Congrès mondial des familles, un réseau qui relie les organisations chrétiennes de droite aux États-Unis avec des groupes pro-famille, des représentants religieux et des patrons d’oligarques russes. La WCF a tenu des réunions annuelles pour promouvoir l’agenda des «valeurs traditionnelles» et mettre en relation les gouvernements et les acteurs sociaux poussant des programmes culturels réactionnaires. 

La «guerre contre le terrorisme» une mauvaise excuse ?

Les États-Unis eux-mêmes portent la responsabilité de promouvoir l’un des contre-courants les plus puissants du libéralisme politique: la nécessité de restreindre les libertés civiles et les droits de l’homme pour lutter contre le terrorisme. La «guerre contre le terrorisme» mondiale menée par les États-Unis comprenait un effort diplomatique visant à éradiquer et à mettre sur liste noire les mouvements terroristes et extrémistes du monde entier. Profitant de ce changement normatif soudain, les gouvernements ont désigné les opposants et groupes politiques comme des «terroristes» et des «extrémistes». En conséquence, les régimes de la première décennie des années 2000 ont utilisé la lutte contre le terrorisme comme excuse pour consolider le pouvoir exécutif, étendre la surveillance, réduire les libertés civiles et accroître la coopération informelle entre leurs services de sécurité.

Cadrer la démocratie comme une menace pour la sécurité d’une régime a également aidé de nouvelles organisations régionales à intégrer des principes illibéraux dans leurs plates-formes institutionnelles

L’OCS, par exemple, a adopté le soi-disant Shanghai Spirit, qui prône des normes de non-ingérence, ainsi que le respect et la compréhension mutuelle des civilisations. L’OCS a également institutionnalisé des organisations et des individus sur liste noire considérés comme des terroristes, des extrémistes et des séparatistes – sans critères clairs pour ces désignations. Il s’est engagé à appliquer des procédures extraterritoriales qui permettaient aux individus figurant sur la liste, y compris des opposants politiques, d’être extradés de leurs territoires respectifs sans aucune protection juridique internationale. Le Conseil de coopération du Golfe a emboîté le pas avec un ensemble similaire de dispositions en 2012.

Les institutions internationales et les organisations régionales servent désormais de plus en plus à protéger leurs membres contre les pressions de la libéralisation.

Article source : Pourquoi l’ordre international tend vers l’autocratie ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.