Pourquoi il y a une vraie urgence climatique en Asie

By | 4 novembre 2021

Le changement climatique est le défi majeur de notre époque, et les enjeux sont particulièrement importants pour la région Asie-Pacifique. Les températures augmentent deux fois plus vite en Asie que la moyenne mondiale, ce qui est associé à la fréquence et à la gravité accrues des catastrophes naturelles liées aux conditions météorologiques. Rien qu’en 2019, l’Inde a été secouée par une grave vague de chaleur qui a entraîné une pénurie d’eau dans certaines parties du pays. 

Des pluies torrentielles en Asie du Sud ont provoqué des déplacements de population à grande échelle, tandis que les niveaux d’eau dans le delta du Mékong sont tombés à des niveaux sans précédent en raison d’un temps sec et intense. L’Australie a été confrontée à des feux de brousse historiques alimentés par une saison sèche particulièrement rude. Et plus de 25 cyclones tropicaux ont fait des dégâts sur les côtes du Pacifique et de l’océan Indien. Ces aléas climatiques devraient s’intensifier au cours de la période à venir.

L’élévation du niveau de la mer due au réchauffement climatique érode les terres arables dans les zones côtières à basse altitude, ce qui pose un risque grave pour les revenus ruraux, la sécurité alimentaire et les exportations de produits de base. D’ici le milieu du siècle, la montée des eaux affectera près d’un milliard de personnes dans la région Asie-Pacifique. 

Des mégapoles telles que Mumbai, Dhaka, Bangkok, Ho Chi Minh-Ville, Jakarta et Shanghai courent le risque d’être submergées. L’Indonésie envisage déjà de déplacer sa capitale fortement peuplée, Jakarta, sur l’île de Bornéo pour protéger ses habitants des inondations dangereuses. Pour les petits pays insulaires du Pacifique tels que Kiribati, les îles Marshall et Tuvalu, l’élévation du niveau de la mer constitue une menace existentielle.

Mais alors que l’Asie-Pacifique souffre fortement des effets du changement climatique, la région est également une source clé du problèmeLa région produit environ la moitié des émissions mondiales de dioxyde de carbone (CO 2 ) et abrite cinq des plus grands pays émetteurs de gaz à effet de serre. Compte tenu de la part substantielle des émissions actuelles de l’Asie ainsi que de la croissance future attendue de ses émissions, les politiques de la Chine, de l’Inde et d’autres grands pays émetteurs de CO 2 visant à réduire les émissions seront un élément essentiel de l’effort mondial.

En plus de contribuer au réchauffement climatique, les émissions de gaz à effet de serre provenant de la production d’électricité à base de charbon en Asie et de la fabrication à forte intensité de carbone (comme l’acier et le ciment, les véhicules à moteur, l’agriculture et la cuisine et le chauffage domestiques) ont entraîné des niveaux dangereusement élevés de particules dans les airs (McKinsey Global Institute 2020). Delhi, Dhaka, Oulan-Bator, Katmandou, Pékin et Jakarta font aujourd’hui partie des 10 villes les plus polluées. L’utilisation de combustibles fossiles doit être contenue pour réduire sérieusement la pollution de l’air, un facteur majeur de mortalité et de maladies respiratoires dans les pays en développement d’Asie.

Le changement climatique menace la croissance, les moyens de subsistance, la productivité et le bien-être dans tous les pays de la région. Mais la politique budgétaire peut jouer un rôle dans la réponse au problème. Dans notre récent article , nous discutons de la manière dont les décideurs politiques de la région Asie-Pacifique peuvent accélérer les efforts d’atténuation et d’adaptation, en utilisant la politique budgétaire pour gérer les compromis politiques et faciliter la transition vers une économie à faibles émissions de carbone (Alonso et al. 2021).

Prévenir l’accumulation de risques supplémentaires

Une grande partie de l’Asie répond déjà aux défis d’atténuation du changement climatique. Pratiquement tous les pays ont pris ou mis à jour des engagements dans le cadre de l’Accord de Paris de 2015, l’accord mondial historique sur la réduction des émissions. La Chine a récemment déclaré son objectif de neutralité carbone ( la réalisation de CO net nul 2 émissions) avant 2060. Le Japon et la Corée se sont engagés le même objectif en 2050. Cependant, il reste encore beaucoup à faire pour intensifier et accélérer la transition vers une économie à faible émission de carbone. Atteindre cet objectif ambitieux nécessite des changements dans les modes de production et de consommation et la transformation de l’énergie, des transports et de l’utilisation des terres.

Une taxe carbone, où le gouvernement taxe les émissions de carbone, peut être un outil efficace pour réduire les émissions de CO 2 (FMI 2019). Prenons le cas du Vietnam, qui s’est fortement appuyé sur les combustibles fossiles pour son industrialisation rapide et est également l’un des pays les plus exposés aux risques au monde. L’introduction progressive d’une taxe carbone de 25 $ la tonne au cours de la prochaine décennie aiderait le pays à atteindre ses objectifs d’atténuation de Paris. L’augmentation du prix du carbone inciterait les entreprises et les ménages à utiliser l’énergie de manière plus efficace et encouragerait le passage de l’énergie alimentée au charbon aux énergies renouvelables. Les revenus du carbone d’environ 1 % du PIB pourraient alors être utilisés pour financer les plans d’adaptation et d’atténuation du pays ou pour répondre à d’autres besoins de développement social.

La politique fiscale peut également aider à résoudre le problème de pollution atmosphérique de la région. En Chine, en Inde et en Mongolie, environ 68 à 80 % des émissions proviennent du charbon. Une taxe spécifique sur le charbon produit ou consommé à un taux de taxe carbone équivalent pourrait être envisagée dans ces pays. La taxe sur le charbon de l’Inde, introduite en 2010 et doublée en 2020, pourrait être encore renforcée. La mise en œuvre d’une taxe sur le charbon équivalant à 25 dollars la tonne pourrait sauver environ trois millions de vies d’ici 2030 rien qu’en Chine.

Un élément essentiel pour permettre la transition vers une économie à faibles émissions de carbone sera de gérer les effets secondaires potentiels, tels que la hausse des coûts de l’énergie pour les ménages et les entreprises, le déplacement de la main-d’œuvre et un impact inégal entre les régions. Mais les effets des politiques varieront d’un pays à l’autre. Par exemple, une taxe carbone, si elle est mise en œuvre, serait modérément régressive (portée de manière disproportionnée par les pauvres) en Chine et en Mongolie, mais modérément progressive (supportée de manière disproportionnée par les riches) en Inde. 

Pour compenser les retombées négatives de la transition, les gouvernements devront trouver des moyens de dédommager les ménages et les entreprises. En Inde, par exemple, utiliser les revenus d’une taxe carbone pour financer un transfert forfaitaire universel (éventuellement en utilisant des numéros d’identification uniques Aadhaar) laisserait 80 % des ménages mieux lotis et réduirait les inégalités. En Chine, un transfert forfaitaire universel par personne et une subvention aux ménages ruraux réduiraient les inégalités. Les travailleurs déplacés employés dans les secteurs touchés pourraient être soutenus par des prestations de chômage étendues, des services de formation et de réemploi. Et des dépenses publiques plus élevées, par exemple pour des infrastructures publiques propres, pourraient créer de nouveaux emplois dans les secteurs à faible émission de carbone.

Les gouvernements de la région ont également adopté une série d’autres instruments pour lutter contre l’atténuation du changement climatique, notamment des systèmes d’échange de droits d’émission, dans lesquels les gouvernements fixent des limites aux émissions et laissent le marché déterminer le prix. Actuellement, l’échange de droits d’émission est limité aux producteurs d’électricité et aux grandes industries et ne couvre généralement qu’environ la moitié des émissions nationales dans la plupart des pays de la région – la Chine et la Corée, par exemple. Il serait utile d’étendre la couverture de ces systèmes aux petits utilisateurs. Il en serait de même des mesures complémentaires telles que les remises, qui imposent une échelle mobile de redevances ou de remises pour des produits et des activités particuliers au-dessus ou en dessous de certains taux d’émission. Enfin, des réglementations plus strictes sur la qualité de l’air, la qualité des carburants et les normes d’émissions des véhicules aideraient à soutenir les efforts de décarbonisation. 

Pourquoi il y a une urgence climatique en Asie

Accélérer l’adaptation

L’amélioration de la capacité d’adaptation pour compenser les dommages causés par des aléas climatiques plus graves, des catastrophes liées au climat plus fréquentes, ou les deux, sera essentielle pour tous les pays. Cela impliquera le développement de systèmes d’alerte précoce, la construction d’infrastructures résilientes, la réduction de l’exposition et la mise en place de mécanismes de financement appropriés. Cependant, les écarts de capacité d’adaptation restent importants pour les pays insulaires du Pacifique, tels que Vanuatu et Tonga, ainsi que pour les économies en développement telles que le Bangladesh, l’Indonésie et les Philippines. L’adaptation est également susceptible d’impliquer des choix difficiles sur ce qu’il faut protéger et ce qu’il faut reloger, ainsi que sur la façon de protéger les populations les plus vulnérables.

Malgré les défis, de nombreux pays de la région ont été à l’avant-garde des efforts d’adaptation. Le Japon, Singapour et la Thaïlande sont parmi les plus performants au monde dans l’adoption et la mise en œuvre de cadres d’identification, d’évaluation et de réduction des risques de catastrophe naturelle. La restauration des mangroves, la protection des récifs coralliens et l’adoption de plans d’adaptation nationaux et locaux font partie des mesures que ces pays mettent en place. Pourtant, même dans ces pays, les gouvernements pourraient faire plus pour évaluer et hiérarchiser pleinement les plans d’adaptation et tenir compte des risques climatiques croissants dans les décisions relatives aux infrastructures.

Le renforcement des capacités d’adaptation nécessite des investissements substantiels, mais il existe également des opportunités. Les économies en développement telles que le Vietnam et l’Indonésie ont des besoins importants en infrastructures et des zones urbaines en croissance. Cela signifie qu’ils peuvent s’assurer que ce qui monte est plus résilient et mieux à même de résister aux risques accrus du changement climatique. Les nouvelles routes pourraient intégrer un drainage pour résister à des précipitations plus abondantes ou être construites sur un terrain plus élevé pour réduire les risques d’inondation, une solution relativement peu coûteuse.

Pour d’autres pays, le renforcement de la résilience nécessitera la modernisation des actifs existants exposés au climat ou le développement d’infrastructures de protection côtière, ce qui peut être beaucoup plus coûteux. Les besoins d’investissement public pour les infrastructures de protection contre le changement climatique sont estimés en moyenne à 3,3 % du PIB par an pour la région. Mais le coût du développement des infrastructures de protection côtière est disproportionné dans de nombreux pays insulaires du Pacifique. 

Investir dans des infrastructures adaptatives peut générer des rendements élevés. Elle peut débloquer des capitaux privés, notamment en réduisant les risques et les dommages causés par les catastrophes ; limiter les dépenses de reprise après sinistre et le surendettement ; et assurer un rebond plus rapide de l’activité économique. Mais le financement des mesures d’adaptation est particulièrement important, étant donné l’ampleur des besoins en infrastructures de nombreux pays. 

La mobilisation des recettes et la hiérarchisation et l’efficacité des dépenses devront jouer un rôle pour faciliter les arbitrages entre croissance et dette. 

Exploiter les synergies

Le défi climatique est important et urgent pour la région Asie-Pacifique, les gouvernements doivent donc saisir toutes les opportunités pour accélérer les travaux d’adaptation et d’atténuation déjà en cours.

Les paquets budgétaires pour relancer la reprise après COVID-19 devraient exploiter les synergies entre les besoins en infrastructures et les opportunités de réduction des émissions et d’adaptation. 

L’innovation dans les infrastructures et les technologies intelligentes face au climat (par exemple, la capture et le stockage du carbone) peut aider à réduire le coût de l’atténuation. 

La région est bien positionnée, car des pays comme la Chine et le Japon sont déjà à la pointe de l’innovation, des véhicules électriques aux énergies renouvelables. Une promotion plus active de la finance verte contribuera également à garantir que davantage d’argent sera investi dans des investissements à faible émission de carbone et résilients au changement climatique.

Article source : Asia’s climate emergency

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.