Dépenses militaires, quelles tendances post-Covid19 ?

By | 2 septembre 2021

Les gouvernements du monde entier ont adopté des plans de relance en 2020 pour lutter contre la pandémie de COVID-19, ceux des économies avancées dépassant ceux du reste du monde. Les déficits budgétaires élevés qui en résultent doivent être alignés sur les ressources disponibles à mesure que la croissance d’avant la pandémie reprend. 

Ce faisant, les gouvernements devront réévaluer leurs politiques fiscales et de dépenses globales. Une question clé est de savoir comment les principales catégories de dépenses publiques évolueront probablement au cours des prochaines années et où les besoins de dépenses supplémentaires augmenteront ou diminueront.

Les dépenses militaires ont absorbé en moyenne environ 6,5 % des budgets gouvernementaux dans le monde en 2019, selon les données de l’Institut international de recherche pour la paix de Stockholm, la source de données la plus complète et la plus comparable sur les dépenses militaires. Depuis la fin de la guerre froide en 1990, les dépenses de défense ont diminué à la fois en proportion des dépenses publiques et de la production totale de l’économie (PIB). Cela a fait de la place pour d’autres formes de dépenses publiques, telles que l’éducation, la santé et les infrastructures. Mais les dépenses militaires resteront-elles à des niveaux historiquement bas ? 

Tendances des dépenses militaires

Les dépenses militaires mondiales, lorsqu’elles sont estimées sur la base de moyennes nationales non pondérées, ont diminué de près de moitié, passant de 3,6 % du PIB pendant la période de la guerre froide (1970-90) à 1,9 % du PIB dans les années qui ont suivi la crise financière mondiale (2010 –19)

Plusieurs facteurs pourraient expliquer la baisse observée des dépenses militaires – au-delà de la fin de la guerre froide et la réduction associée des tensions internationales. Dans les économies avancées, l’une des raisons peut être la pression en faveur d’un assainissement budgétaire, qui a persisté, avec un ratio moyen dette/PIB dépassant 100 % au cours de la période suivant la crise financière. L’avènement de la pandémie de COVID-19 et le soutien budgétaire qui l’accompagne pour la combattre ont augmenté le ratio de 16 points de pourcentage supplémentaires (FMI 2021).

Deuxièmement, depuis le début des années 2000, les économies en développement ont cherché à allouer une plus grande part de leurs budgets à l’éducation, à la santé et aux infrastructures pour répondre aux besoins croissants de leurs populations et promouvoir la croissance en investissant dans le capital physique et humain.

Plus récemment, l’accent s’est déplacé vers la réalisation des objectifs de développement durable des Nations Unies, ce qui nécessite une augmentation importante des dépenses gouvernementales pour le développement du capital humain.

Enfin, les économies avancées sont confrontées à un vieillissement rapide de la population. En l’absence de réformes majeures des systèmes de retraite et de santé, la hausse des dépenses liées à l’âge continuera d’exercer une pression sur les autres dépenses publiques (Clements et al. 2018).

Bien que les dépenses militaires aient diminué, elles varient considérablement d’un pays à l’autre.  Plusieurs économies avancées figurent parmi les 15 premiers dépensiers militaires et sont responsables de plus de 80 % des dépenses militaires dans le monde. Malgré cette hétérogénéité, on ne peut exclure la possibilité qu’un grand nombre de pays partagent une tendance vers un niveau de dépenses similaire au PIB au fil du temps.

Convergence des dépenses militaires

Nous constatons que les dépenses militaires par rapport au PIB ne convergent pas vers un niveau commun dans 138 pays mais empruntent plutôt trois voies différentes (Clements, Gupta et Khamidova 2021). 

Dans le premier groupe de 20 pays connaissant un degré élevé de conflit, les dépenses ont en fait augmenté à un niveau sensiblement plus élevé et se sont éloignées de la tendance mondiale. Ce groupe représente 5 % des dépenses militaires mondiales et comprend l’Arménie, l’Azerbaïdjan, la République démocratique du Congo, Oman et l’Arabie saoudite.

Le deuxième groupe compte le plus grand nombre de pays — 77, dont 30 sont des économies avancées — représentant plus de 90 % des dépenses militaires mondiales. Dans ce groupe, les dépenses en moyenne ont plafonné à environ 2 à 2½ % du PIB. Leurs dépenses militaires moyennes par rapport au PIB ont considérablement diminué entre 1990 et le milieu des années 2000, mais ont peu changé depuis lors. Ce groupe comprend la Chine, l’Inde, la Russie, le Royaume-Uni et les États-Unis. Tous ces pays font partie des 15 premiers dépensiers militaires en termes absolus.

Dans le troisième groupe, comprenant 41 pays, les dépenses se sont réunies à un niveau encore plus bas, légèrement inférieur à 1 % du PIB. Ce groupe se compose de 41 pays, dont seulement 2 sont des économies avancées : la Lituanie et la Slovénie.

De nombreux facteurs influent sur la probabilité qu’un pays fasse partie d’un groupe de dépenses particulier

Premièrement, les dépenses militaires élevées des voisins peuvent être perçues comme menaçantes, incitant un pays à allouer davantage à la défense. En outre, un pays est susceptible de dépenser davantage pour l’armée lorsqu’il est confronté à une instabilité politique, à la violence et au terrorisme importants sur son territoire. L’augmentation des dépenses sociales et liées à l’âge (pour l’éducation et la santé) dans les économies avancées et en développement, respectivement, pourrait influencer les allocations budgétaires pour la défense. La concurrence pour les ressources budgétaires peut être moins féroce dans les économies en développement qui ont le potentiel de lever plus d’impôts et s’efforcent de le faire ; cela est peu probable dans les économies avancées.

Enfin, le fait qu’un pays soit susceptible d’appartenir à un groupe plutôt qu’à un autre peut être affecté par l’appartenance à une alliance militaire, telle que l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN). L’appartenance à une alliance pourrait exercer des pressions pour augmenter ou réduire les dépenses militaires. Un pays qui appartient à l’une des huit grandes alliances militaires du monde a certaines obligations en matière de dépenses militaires, tout en bénéficiant également des dépenses des autres membres de l’alliance.

Dépenses militaires, quelles tendances post-Covid19 ?

La stabilité politique et un faible risque de violence ou de terrorisme, des dépenses sociales élevées et un faible niveau de dépenses militaires par les voisins sont associés à une probabilité plus élevée d’appartenir aux groupes à faibles dépenses (groupes 2 et 3). Notre analyse montre que l’appartenance à des alliances militaires (telles que l’OTAN) n’a pas d’effet perceptible sur les dépenses militaires.

Implications pour l’ère post-COVID

Nos résultats mettent en évidence différentes tendances en matière de dépenses selon les groupes de pays. Dans un petit groupe de pays (groupe 1), les conflits ont entraîné une augmentation des dépenses à un niveau sensiblement plus élevé de 5 % du PIB, tandis que dans un groupe d’économies principalement en développement (groupe 3), les dépenses sont tombées à des niveaux relativement bas. Le groupe particulier d’un pays est influencé par sa stabilité politique et le risque de violence, ses dépenses sociales et militaires de ses voisins. 

Ces résultats soulignent l’effet secondaire économique positif des efforts visant à assurer un monde plus pacifique en réduisant les conflits internes et externes, non seulement sur la croissance économique mais aussi sur les budgets gouvernementaux, en réduisant les dépenses militaires.

Pour le plus grand groupe de pays (groupe 2), il semble que deux forces compensatoires détermineront l’orientation future des dépenses militaires. D’une part, la nécessité de réduire les dépenses non liées au COVID pour soutenir l’assainissement budgétaire et maintenir les dépenses sociales exercera une pression à la baisse sur ces dépenses. D’un autre côté, les dépenses militaires dans ce groupe ont plafonné ces dernières années en pourcentage du PIB et n’ont plus tendance à baisser au fil du temps. Les dépenses de défense pourraient en fait commencer à augmenter si les tensions mondiales augmentent.

Article source : Countries’ efforts to secure a more peaceful world could have a positive economic effect

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.