Quelle stratégie gagnante pour atteindre zéro émission nette

By | 27 juillet 2021

Dans notre récente note d’information du G20 sur la politique climatique, nous détaillons les politiques et, surtout, le montant des investissements nécessaires au cours des 5 à 10 prochaines années pour atteindre zéro émission nette d’ici 2050 d’une manière propice à la croissance. La stratégie repose sur trois piliers : la tarification du carbone ; un plan d’investissement vert ; et des mesures pour une transition juste.

Prix ​​du carbone : La tarification du carbone, qui peut prendre la forme d’une taxe carbone ou de systèmes d’échange de droits d’émission (ou de mesures équivalentes telles que des réglementations sectorielles), sont des éléments clés de la stratégie de décarbonation. Il est peu probable que les investissements verts et le soutien à la R&D suffisent à atteindre zéro émission nette d’ici le milieu du siècle. 

En augmentant le coût de l’énergie à haute teneur en carbone, la tarification du carbone incite à passer à des carburants plus propres et à l’efficacité énergétique. En revanche, le seul fait d’augmenter l’offre de sources d’énergie propres tend à réduire le coût de l’énergie et n’incite pas autant à l’efficacité énergétique, ce qui rend plus difficile l’atteinte des objectifs de zéro émission nette.

Notre analyse montre que retarder de 10 ans l’action sur la tarification du carbone entraînerait probablement un manquement à l’objectif de zéro émission nette du milieu du siècle, car les prix requis à ce stade pour atteindre ces objectifs ne semblent pas viables. Un tel retard, comparé à l’introduction rapide d’une tarification du carbone, augmenterait les températures et entraînerait des dommages irréversibles potentiels pour le climat et l’économie. 

Un accord sur les prix minimaux du carbone entre les principaux émetteurs, avec des prix différenciés selon le niveau de développement, comme récemment proposé par les services du FMI , pourrait faciliter l’action sur la tarification du carbone en répondant aux préoccupations selon lesquelles une action unilatérale pourrait entraîner des pertes de compétitivité pour les entreprises dans secteurs exposés au commerce et déplacer la production vers des pays où les prix sont plus bas.

L’action climatique prend de l’ampleur. Depuis l’Accord de Paris de 2015, les pays ont intensifié leur action climatique et beaucoup se sont engagés à atteindre zéro émission nette d’ici 2050, ce qui signifie que toute émission de carbone supplémentaire sera entièrement compensée par les émissions de carbone retirées de l’atmosphère.

Cependant, le budget carbone, ou quantité maximale d’émissions autorisées, pour limiter le réchauffement climatique bien en dessous de 2°C s’épuise rapidement. Des catastrophes plus fréquentes et plus intenses, une baisse de la productivité agricole et l’élévation du niveau de la mer ne feront que se multiplier si cet objectif critique n’est pas atteint.

Investissement vert : Les investissements verts sont cruciaux pour permettre la transition vers une économie bas carbone et soutenir la réponse à la tarification du carbone. Transformer radicalement notre système énergétique nécessitera une augmentation des investissements pour financer le passage des combustibles fossiles aux énergies renouvelables ainsi que pour les réseaux électriques intelligents, les mesures d’efficacité énergétique et l’électrification dans des secteurs comme les transports, les bâtiments et l’industrie. 

Des investissements importants seront nécessaires dans la transition. Par exemple, une personne cherchant à acheter une nouvelle voiture peut être plus disposée à acheter un véhicule à batterie plutôt qu’un véhicule à essence si les bornes de recharge pour véhicules électriques sont plus largement disponibles. Il est également essentiel d’investir dans la R&D : de nouveaux progrès technologiques dans les technologies à faible émission de carbone seront nécessaires pour rendre possible la transition vers le zéro net.

Dans de nombreux secteurs, alors que la réduction des émissions peut s’accompagner d’un investissement initial plus élevé associé à la construction de nouvelles infrastructures, cela entraîne un coût récurrent inférieur en raison d’une réduction de la consommation de carburant. L’installation de panneaux solaires pour alimenter une pompe à eau dans un village rural implique un nouveau coût au départ, par exemple, mais l’énergie du soleil est gratuite. Les investissements visant à améliorer l’efficacité énergétique suivent une trajectoire similaire. En conséquence, l’investissement est en forme de bosse, avec une augmentation au cours des 20 prochaines années et une diminution des niveaux historiques récents par la suite.

On estime que 6 à 10 000 milliards de dollars supplémentaires d’investissements mondiaux, tant publics que privés, sont nécessaires au cours de la prochaine décennie pour atténuer le changement climatique. Cela représente un total cumulé de 6 à 10 % du PIB mondial annuel.

Selon les données de l’Agence internationale de l’énergie, environ 30 % des investissements supplémentaires, en moyenne à l’échelle mondiale, devraient provenir de sources publiques, soit un total de 2 à 3 % du PIB annuel pour la décennie 2021 à 2030. Les 70 % restants seraient privé.

Du côté public, les mesures fiscales des gouvernements pour soutenir la reprise après la pandémie de COVID-19 sont une occasion unique d’investir dans une transition vers une économie à faibles émissions de carbone. Et alors que nous allons au-delà de la reprise, les gouvernements devraient également évoluer vers un système plus complet de budgétisation verte, en examinant les incitations « brunes » et « vertes » offertes par les budgets et en aidant à aligner les budgets sur les contributions déterminées au niveau national (CDN) et les objectifs de l’Accord de Paris.

Les gouvernements peuvent également aider à mobiliser des capitaux du secteur privé en améliorant les cadres d’investissement, en aidant à créer des pipelines de projets bancables et en utilisant efficacement le financement public international pour réduire les risques perçus et faire baisser le coût élevé du capital (ce dernier, en particulier dans les économies émergentes et en développement ). Des politiques du secteur financier telles que l’exigence de divulgation des risques liés au climat et l’établissement d’une taxonomie commune de ce qui constitue les actifs verts et bruns seraient également cruciales pour canaliser les flux financiers vers des investissements durables.

La stratégie pour atteindre zéro émission nette d’ici 2050

Transition juste : Une transition juste prend une dimension à la fois nationale et internationale. Sur le plan intérieur, les gouvernements ont besoin de mesures pour aider les ménages qui ont déjà du mal à se procurer les produits de première nécessité à payer les coûts énergétiques plus élevés. Ces mesures devraient s’étendre aux mineurs de charbon et aux autres travailleurs et communautés qui dépendent des secteurs à haute teneur en carbone pour leur subsistance. Sur le plan international, un soutien financier sera nécessaire pour les économies en développement, qui devraient supporter des coûts plus élevés dans la transition mais ont peu de moyens pour le payer.

Les principaux émetteurs de carbone comme la Chine, l’UE, le Japon, la Corée et les États-Unis se sont engagés à atteindre zéro émission nette d’ici le milieu du siècle. Cela réduira une grande partie des émissions mondiales, mais fournira également des solutions technologiques et politiques pour le rendre plus facile et plus abordable pour les autres pays à suivre. 

Pourtant, sans politique climatique mondiale, les petits émetteurs d’aujourd’hui deviendront des émetteurs majeurs à mesure que leur population et leurs revenus augmenteront. Ce sont aussi les pays, souvent plus durement touchés par les effets du changement climatique, pour lesquels les coûts de transition sont plus difficiles à supporter, en raison de besoins énergétiques en croissance rapide et d’une marge budgétaire moindre pour financer les investissements verts.

Le financement climatique – le financement d’investissements visant à réduire les émissions dans les économies en développement – ​​permettrait un partage plus équitable des charges et aiderait l’économie mondiale à atteindre des émissions nettes nulles. De nombreuses économies en développement sont prêtes à augmenter leurs CDN si elles reçoivent un financement climatique, et étant donné que bon nombre des opportunités d’atténuation les moins chères au monde existent dans les économies émergentes et en développement, il est dans l’intérêt mondial de s’assurer qu’elles sont mises en œuvre.

Article source : Reaching Net Zero Emissions

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.