Pourquoi le financement mixte est le meilleur allié de la transition climatique

By | 17 novembre 2022

Des instruments innovants et un financement par fonds propres sont nécessaires pour améliorer le partage des risques par le biais de partenariats public-privé et maximiser l’impact des fonds publics rares.

Les économies des marchés émergents et en développement représentent les deux tiers des émissions mondiales de gaz à effet de serre, et nombre d’entre elles sont très vulnérables aux aléas climatiques. Ces économies auront besoin de financements importants dans les années à venir pour réduire les émissions et s’adapter aux effets physiques du changement climatique.

Beaucoup ont également une dette élevée et des budgets limités en raison de la pandémie et font face à des coûts d’emprunt publics plus élevés dans un contexte de hausse des taux d’intérêt dans le monde, ce qui rend particulièrement difficile pour les finances publiques de répondre aux besoins urgents de financement climatique.

Ces facteurs signifient que la mobilisation de capitaux privés à grande échelle sera essentielle pour atteindre leurs objectifs climatiques. Les marchés financiers seuls ne peuvent pas faire le travail, mais la combinaison de capitaux publics et privés offre des avantages uniques en réduisant le risque d’investissement et en attirant un financement plus important. Les banques multilatérales de développement et les institutions financières internationales peuvent apporter leur soutien en créant des structures de financement mixtes pour modifier le profil risque-rendement de la transition climatique dans les économies émergentes.

Il est important de commencer par établir un climat d’investissement attractif et des politiques pour inciter la participation privée. Les politiques climatiques et le financement sont complémentaires car de meilleures politiques attirent les investissements privés, ce qui contribue à son tour à atteindre les objectifs politiques. La tarification du carbone est l’outil le plus efficace pour faire payer aux grands émetteurs les coûts climatiques qu’ils imposent et ainsi canaliser les investissements privés vers des projets moins émetteurs.

Plus généralement, les politiques et engagements climatiques tels que les contributions déterminées au niveau national de l’Accord de Paris peuvent signaler aux investisseurs d’orienter les investissements vers une économie à faible émission de carbone. L’établissement d’une solide architecture d’information climatique pour les données, les taxonomies et les divulgations sera également utile.

Opportunité d’impact

Malheureusement, le financement climatique privé est confronté à de multiples contraintes, allant de l’incertitude politique future et des coûts technologiques qui augmentent le coût du capital à d’autres obstacles tels que les limites des données et les profils risque-rendement peu attrayants. Malgré ces défis, le financement climatique privé peut aider les économies émergentes à atteindre les objectifs de l’Accord de Paris.

Les instruments de financement innovants peuvent attirer des investisseurs avec des profils de risque et des horizons d’investissement différentscomme nous l’avons noté dans notre Rapport sur la stabilité financière mondiale d’octobre. Dans les grands marchés émergents dotés de marchés obligataires fonctionnels, les véhicules d’investissement tels que les fonds d’obligations vertes peuvent contribuer à élargir la base d’investisseurs en attirant des participants institutionnels tels que les compagnies d’assurance et les fonds de pension.

Les banques multilatérales de développement et les institutions financières internationales ont un rôle crucial à jouer pour attirer des sommes beaucoup plus importantes de capitaux privés. Ils peuvent fournir une assistance technique, aider à développer des projets, améliorer la capacité institutionnelle des gouvernements et construire les marchés obligataires en monnaie locale pour élargir l’éventail des investisseurs nationaux.

En acceptant d’être les premières à subir les pertes des véhicules de financement verts et des titrisations, les banques de développement peuvent augmenter le rendement attendu ajusté au risque pour les investisseurs privés. Avec une gouvernance appropriée, le soutien public peut aider à éviter l’aléa moral associé aux garanties, qui impliquent le risque que les gains soient privatisés tandis que les pertes sont socialisées. Les économies avancées pourraient soutenir les capitaux publics comme moyen de respecter leur engagement annuel de 100 milliards de dollars envers les économies émergentes et en développement.

En outre, l’investissement en actions peut efficacement mobiliser l’argent public. Les engagements des banques de développement sont compensés par moins d’un tiers du montant provenant de sources privées, pour les économies émergentes et en développement, en moyenne. Cela contraste avec les petites transactions de la Société financière internationale du Groupe de la Banque mondiale et d’Amundi SA, le plus grand gestionnaire d’actifs d’Europe. Le fonds structuré IFC-Amundi a attiré 16 fois plus d’investissements privés.

Pourquoi le financement mixte est le meilleur allié de la transition climatique

Pour les économies moins développées, les projets d’infrastructures vertes resteront un instrument clé, et les banques de développement joueront naturellement un rôle central et durable. Davantage de financements climatiques pourraient être acheminés par l’intermédiaire des banques de développement pour soutenir de tels projets en augmentant leur capital de base et par le biais de partenariats avec le secteur privé.

L’argent public, y compris des banques de développement et des institutions financières internationales, peut aider à lancer des fonds structurés verts ou climatiques où le risque est réparti entre les tranches inférieures de ces fonds, ce qui pourrait attirer beaucoup plus de capitaux privés pour prendre les tranches supérieures.

Prise en charge mixte

En outre, si des fonds verts ou climatiques investissent dans les fonds propres de projets climatiques, les banques de développement et les prêteurs commerciaux peuvent être plus disposés à prêter. En tant que tel, l’argent public fournit des incitations au niveau du fonds et du projet, et les deux peuvent être combinés avec de l’argent public et privé.

Le FMI peut jouer un rôle important grâce à ses outils de surveillance, de développement des capacités, d’évaluation des risques et de diagnostic climatique. Notre tout premier outil de financement à long terme, le Resilience and Sustainability Trust , compte désormais plus de 40 milliards de dollars en promesses de financement et des accords au niveau du personnel avec la Barbade , le Costa Rica et le Rwanda . Dans le cadre du RST, les prêts de la Facilité pour la résilience et la durabilité peuvent contribuer à stimuler le financement privé.

Le personnel du Fonds travaillera avec les gouvernements, les banques de développement et les investisseurs pour identifier les contraintes de financement et explorer plus avant comment augmenter le financement privé. Nous continuerons également de promouvoir la tarification du carbone, ainsi que des solutions de rechange qui peuvent produire des résultats équivalents, comme les remises et les réglementations. Enfin, le FMI continuera de renforcer l’architecture de l’information climatique et d’aider les économies émergentes à promouvoir le financement climatique privé.

Article source : How Blended Finance Can Support Climate Transition in Emerging and Developing Economies

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.