Changement climatique, l’heure est à la refonte radicale

By | 30 septembre 2021

A l’occasion de la sortie du dernier numéro du magazine édité par le Fonds Monétaire International (FMI), consacré au changement climatique, son rédacteur en chef rappelle combien l’heure est à la refonte radicale.

Dans le roman d’Ernest Hemingway  Le soleil se lève aussi , on demande à un personnage comment il a fait faillite. « Deux manières », répond-il. « Petit à petit, puis soudain. »

C’est la même chose avec le changement climatique. Les dégâts sont de moins en moins progressifs, et si nous n’agissons pas, le monde pourrait soudainement atteindre un point de basculement irréversible.

Nous savons maintenant que le problème est bien pire que ce que nous pensions autrefoisCela ne nécessite pas de changement progressif, mais une refonte radicale – réduire environ de moitié les émissions de carbone chaque décennie jusqu’en 2050. Pour y parvenir, nous devons passer rapidement aux énergies renouvelables, construire de nouveaux réseaux électriques, augmenter l’efficacité énergétique et adopter des transports à faible émission de carbone. Les énergies renouvelables moins chères et les avancées technologiques rendent le passage du carbone abordable et réalisable.

Ce numéro spécial sur le climat, en partenariat avec la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP26), rassemble un large éventail de voix d’universitaires, de décideurs, du secteur privé et de jeunes militants. Il se concentre sur le besoin urgent d’action climatique et de politiques climatiques différentes et complémentaires.

Aucune transition n’est facile

Il faudra indemniser les travailleurs et les entreprises qui supportent le coût d’une transition verte. Cela signifie éliminer les obstacles de l’économie politique à un progrès rapide. Cela dépend de la collaboration des citoyens, des gouvernements, des entreprises, des institutions financières, des philanthropes et de la communauté scientifique. Peut-être plus important encore, il faudra que les dirigeants mondiaux élargissent leur ambition et leur action, notamment en mobilisant des financements pour aider les économies en développement à s’adapter aux chocs climatiques.

Mais il y a une voie à suivre dans ce qui peut devenir l’histoire de la croissance inclusive du 21e siècle. Si nous nous mobilisons pour inverser la menace climatique, nous pourrions soudainement avoir en vue un monde net zéro.

Je voudrais terminer en soulignant la superbe couverture du magazine d’un jeune artiste malaisien, Nor Tijan Firdaus. Les artistes ont la capacité de façonner les communications climatiques. La composition discordante – une image d’une jeune fille composée de composants électroniques mis au rebut – nous rappelle avec force les conséquences de l’activité humaine sur l’environnement. En effet, nous n’avons pas de temps à perdre.

Lire le numéro complet ici . GITA BHATT , rédacteur en chef

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.