La sécheresse dans le monde menace la sécurité alimentaire

By | 19 octobre 2021

Le premier semestre 2021 a été marqué par la sécheresse sur la plupart des continents. Les régions les plus couvertes sont l’ouest des États-Unis et le Canada, mais une sécheresse régionale est apparue dans d’autres endroits.

Plus au sud, le Mexique et le Brésil connaissent l’une des pires crises de l’eau depuis près d’un siècle. Pour le Mexique, cela est dû à l’augmentation de la consommation d’eau en 2020, en raison de l’augmentation de l’utilisation de l’eau par les ménages pendant COVID-19 et de l’augmentation de la production agricole. Le Brésil a connu des pluies inférieures à la moyenne au cours de la dernière décennie, ce qui a entraîné un épuisement de l’eau dans tout le bassin du fleuve Panará, qui dessert cinq États et abrite des barrages hydroélectriques. Les impacts de l’énergie hydroélectrique ont gonflé les factures d’électricité et comportent une menace de rationnement de l’électricité, rendue politiquement compliquée par les élections présidentielles à l’horizon.

« La sécheresse est devenue plus fréquente et plus intense dans tout le Brésil ces dernières années », déclare Ana Paula Cunha du Centre national de surveillance et d’alerte précoce des catastrophes naturelles (CEMADEN) à São Paulo, au Brésil, ajoutant que ces extrêmes font partie d’une nouvelle normalité.  Les impacts varient selon les régions en raison des inégalités socio-économiques du pays. Dans le nord-est semi-aride, la sécheresse affecte principalement les familles de petits exploitants qui dépendent de l’agriculture de subsistance. 

Dans le centre et le sud du Brésil, cela affecte l’agriculture à grande échelle et la production d’énergie. Les tendances régionales au réchauffement exacerbent ces impacts, explique Cunha, car la réduction des eaux de pluie entraîne une augmentation de la demande d’évaporation et réduit les afflux des réservoirs.

Menaces sur la sécurité alimentaire

La sécheresse menace également la sécurité alimentaire en Asie centrale et à Madagascar. Dans les régions arides d’Asie centrale, les populations sont habituées aux faibles niveaux des eaux souterraines et des rivières, mais des précipitations inférieures à la moyenne et des températures plus élevées ces dernières années ont aggravé ce déficit. Les mauvaises récoltes et la mortalité généralisée du bétail sont déjà en cours, et le bilan devrait s’aggraver dans les mois à venir

Cela est particulièrement ressenti dans des pays comme l’Ouzbékistan et le Kazakhstan, qui dépendent des fleuves Amou-Daria et Syr-Daria qui prennent leur source en amont dans les montagnes du Tadjikistan et du Kirghizistan. Le changement climatique décale la saison de fonte plus tôt dans les régions montagneuses, et les faibles précipitations aggravent ces problèmes ; les voisins en aval sont désormais désavantagés et des accords de contrepartie sont en train de surgir pour échanger de l’eau contre des machines et du carburant.

Dans le sud de Madagascar, les faibles précipitations au cours des deux dernières saisons de plantation ont causé des récoltes ratées, car les agriculteurs s’appuyant sur les méthodes de plantation traditionnelles ont perdu des semences. Ce n’est pas rare dans la région. « Le sud de Madagascar a été touché six fois par une grave sécheresse au cours de la dernière décennie, souvent avec une perte totale de récoltes et une insécurité alimentaire généralisée », explique François Kayitakire d’African Risk Capacity (ARC) à Johannesburg, en Afrique du Sud. 

Pourquoi la sécheresse dans le monde menace la sécurité alimentaire

L’aridité actuelle, accompagnée de l’érosion des sols et de la déforestation, rend la région vulnérable aux tempêtes de sable qui transforment les terres cultivées et les pâturages en terres stériles. Une période de soudure prolongée – la fenêtre entre les récoltes lorsque les précipitations sont limitées et que les habitants dépendent de sources alternatives de nourriture, comme les fruits de cactus – aggrave ces pertes. 

La nécessité et l’efficacité des systèmes d’alerte

Les systèmes d’alerte précoce à la sécheresse et les méthodes modernes de transfert d’argent sont des moyens d’anticiper ces catastrophes. Pour le Brésil, la CEMADEN surveille les conditions de sécheresse depuis 2013 et réalise des prévisions et des scénarios de sécheresse, explique Cunha. Dans le sud de Madagascar, des systèmes comme l’African Risk View de l’ARC peuvent détecter les premiers signes d’une mauvaise saison de récolte, et les mécanismes d’assurance peuvent anticiper ces impacts. 

En mai 2020, par exemple, Madagascar a reçu 2,13 millions de dollars via l’ARC pour apporter un soutien précoce aux ménages les plus touchés. « Cependant, les niveaux actuels de couverture des risques de sécheresse ne sont pas suffisants », explique Kayitakire. « Une assurance-risque élargie et d’autres mécanismes de financement comme le crédit contingent sont nécessaires pour gérer l’ensemble du spectre des risques. »

Ces sécheresses sont des exemples d’événements qui s’aggravent avec le changement climatique. « La probabilité de sécheresse simultanée dans plusieurs régions augmente », explique Franziska Gaupp de l’Institut international d’analyse des systèmes appliqués à Laxenburg, en Autriche. « Les pertes de récoltes simultanées dans les principales régions de production peuvent provoquer des flambées des prix et avoir des effets en cascade sur l’accès à la nourriture, la famine et les émeutes de la faim. » 

Gaupp réitère la nécessité de systèmes d’alerte précoce et de mécanismes de financement. « Les transferts monétaires ex ante (basés sur des prévisions) peuvent stabiliser les moyens de subsistance et prévenir les crises des prix alimentaires, et ils sont plus rentables que les secours ex post en cas de catastrophe. »

L’anticipation de ces crises repose donc sur des mécanismes de financement bien conçus couplés à des systèmes de prévision intelligents. « Nous devons adopter une perspective systémique plutôt qu’une approche cloisonnée », déclare Gaupp. « La sécheresse doit être considérée comme plus qu’un danger biophysique et doit inclure les vulnérabilités socioéconomiques, les capacités d’adaptation et l’exposition. »

Article source : Water, water not everywhere

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.