Croissance économique, les raisons de s’inquiéter

By | 21 avril 2022

Les perspectives économiques mondiales ont été gravement compromises, en grande partie à cause de l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Cette crise se déroule alors même que l’économie mondiale ne s’est pas encore complètement remise de la pandémie. Même avant la guerre, l’inflation dans de nombreux pays avait augmenté en raison des déséquilibres entre l’offre et la demande et du soutien politique pendant la pandémie, ce qui a entraîné un resserrement de la politique monétaire. Les derniers blocages en Chine pourraient provoquer de nouveaux goulots d’étranglement dans les chaînes d’approvisionnement mondiales.

Dans ce contexte, au-delà de son impact humanitaire immédiat et tragique, la guerre ralentira la croissance économique et augmentera l’inflation. Les risques économiques globaux ont fortement augmenté et les arbitrages politiques sont devenus encore plus difficiles.

Par rapport à nos prévisions de janvier, nous avons révisé à la baisse notre projection de croissance mondiale à 3,6 % en 2022 et 2023. Cela reflète l’impact direct de la guerre contre l’Ukraine et des sanctions contre la Russie, les deux pays devant connaître de fortes contractions. Les perspectives de croissance de l’Union européenne pour cette année ont été révisées à la baisse de 1,1 point de pourcentage en raison des effets indirects de la guerre, ce qui en fait le deuxième contributeur à la révision globale à la baisse.

La guerre s’ajoute à la série de chocs d’approvisionnement qui ont frappé l’économie mondiale ces dernières années. À l’instar des ondes sismiques, ses effets se propageront très loin, à travers les marchés des produits de base, le commerce et les liens financiers. La Russie est un important fournisseur de pétrole, de gaz et de métaux et, avec l’Ukraine, de blé et de maïs. La réduction de l’offre de ces produits a fait monter leurs prix en flèche. Les importateurs de matières premières d’Europe, du Caucase et d’Asie centrale, du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord et d’Afrique subsaharienne sont les plus touchés. Mais la flambée des prix des denrées alimentaires et du carburant nuira aux ménages à faible revenu dans le monde, y compris dans les Amériques et le reste de l’Asie.

L’Europe de l’Est et l’Asie centrale ont d’importants liens commerciaux directs et de transfert de fonds avec la Russie et devraient en pâtir. Le déplacement d’environ 5 millions d’Ukrainiens vers les pays voisins, en particulier la Pologne, la Roumanie, la Moldavie et la Hongrie, ajoute aux pressions économiques dans la région.

Pressions amplifiées

Les perspectives à moyen terme sont revues à la baisse pour tous les groupes, à l’exception des exportateurs de matières premières qui profitent de la flambée des prix de l’énergie et de l’alimentation. La production globale des économies avancées mettra plus de temps à retrouver sa tendance d’avant la pandémie. Et la divergence qui s’est ouverte en 2021 entre les économies avancées et émergentes et les économies en développement devrait persister, suggérant des cicatrices permanentes de la pandémie.

L’inflation est devenue un danger clair et présent pour de nombreux pays. Même avant la guerre, il a bondi en raison de la flambée des prix des produits de base et des déséquilibres entre l’offre et la demande. De nombreuses banques centrales, comme la Réserve fédérale, avaient déjà décidé de resserrer leur politique monétaire. Les perturbations liées à la guerre amplifient ces pressions. Nous prévoyons maintenant que l’inflation restera élevée pendant beaucoup plus longtemps. Aux États-Unis et dans certains pays européens, il a atteint son plus haut niveau depuis plus de 40 ans, dans un contexte de marché du travail tendu.

Le risque augmente que les anticipations d’inflation s’éloignent des objectifs d’inflation de la banque centrale, ce qui incite à un resserrement plus agressif de la part des décideurs. En outre, les augmentations des prix des denrées alimentaires et du carburant peuvent également augmenter considérablement la perspective de troubles sociaux dans les pays les plus pauvres.

Immédiatement après l’invasion, les conditions financières se sont resserrées pour les marchés émergents et les pays en développement. Jusqu’à présent, cette révision des prix a été principalement ordonnée. Pourtant, plusieurs risques de fragilité financière subsistent, laissant entrevoir la perspective d’un durcissement brutal des conditions financières mondiales ainsi que de sorties de capitaux.

Sur le plan budgétaire, la marge de manœuvre était déjà érodée dans de nombreux pays par la pandémie. Le retrait du soutien budgétaire extraordinaire devait se poursuivre. La flambée des prix des produits de base et la hausse des taux d’intérêt mondiaux réduiront davantage l’espace budgétaire, en particulier pour les marchés émergents et les économies en développement importateurs de pétrole et de denrées alimentaires.

La guerre augmente également le risque d’une fragmentation plus permanente de l’économie mondiale en blocs géopolitiques avec des normes technologiques distinctes, des systèmes de paiement transfrontaliers et des monnaies de réserve. Un tel changement tectonique entraînerait des pertes d’efficacité à long terme, augmenterait la volatilité et représenterait un défi majeur pour le cadre fondé sur des règles qui a régi les relations internationales et économiques au cours des 75 dernières années.

Priorités politiques

L’incertitude autour de ces projections est considérable, bien au-delà de la fourchette habituelle. La croissance pourrait encore ralentir tandis que l’inflation pourrait dépasser nos prévisions si, par exemple, les sanctions s’étendaient aux exportations énergétiques russes. La propagation continue du virus pourrait donner lieu à des variantes plus mortelles qui échappent aux vaccins, provoquant de nouveaux blocages et des interruptions de production.

Dans cet environnement difficile, les politiques nationales et les efforts multilatéraux joueront un rôle important. Les banques centrales devront ajuster leurs politiques de manière décisive pour s’assurer que les anticipations d’inflation à moyen et long terme restent ancrées. Une communication claire et des orientations prospectives sur les perspectives de la politique monétaire seront essentielles pour minimiser le risque d’ajustements perturbateurs.

Plusieurs économies devront consolider leurs équilibres budgétaires. Cela ne devrait pas empêcher les gouvernements de fournir un soutien bien ciblé aux populations vulnérables, en particulier compte tenu des prix élevés de l’énergie et des denrées alimentaires. L’intégration de ces efforts dans un cadre à moyen terme avec une voie claire et crédible pour stabiliser la dette publique peut aider à créer de l’espace pour fournir le soutien nécessaire.

Même si les décideurs politiques se concentrent sur l’amortissement de l’impact de la guerre et de la pandémie, d’autres objectifs nécessiteront leur attention.

La priorité la plus immédiate est de mettre fin à la guerre.

Croissance économique en 2022, les raisons de s’inquiéter

Sur le climat, nous devons combler le fossé entre les ambitions affichées et les actions politiques. Un prix plancher international du carbone différencié selon les niveaux de revenu des pays permettrait de coordonner les efforts nationaux visant à réduire les risques d’événements climatiques catastrophiques. Il est tout aussi important de garantir un accès mondial équitable à la gamme complète d’outils COVID-19 pour contenir le virus et pour répondre à d’autres priorités mondiales en matière de santé. La coopération multilatérale reste essentielle pour faire avancer ces objectifs.

Les décideurs politiques devraient également veiller à ce que le filet de sécurité financière mondial fonctionne efficacement. Pour certains pays, cela signifie garantir un soutien adéquat en liquidités pour surmonter les difficultés de refinancement à court terme. Mais pour d’autres, une restructuration complète de la dette souveraine sera nécessaire. Le cadre commun du Groupe des Vingt pour le traitement de la dette offre des orientations pour une telle restructuration, mais n’a pas encore donné suite. L’absence d’un cadre efficace et rapide est une faille dans le système financier mondial.

Une attention particulière devrait également être accordée à la stabilité globale de l’ordre économique mondial pour s’assurer que le cadre multilatéral qui a sorti des centaines de millions de personnes de la pauvreté ne soit pas démantelé.

Ces risques et politiques interagissent de manière complexe sur des périodes variables. La hausse des taux d’intérêt et la nécessité de protéger les populations vulnérables contre les prix élevés des denrées alimentaires et de l’énergie rendent plus difficile le maintien de la viabilité budgétaire. À son tour, l’érosion de l’espace budgétaire rend plus difficile l’investissement dans la transition climatique, tandis que les retards dans la gestion de la crise climatique rendent les économies plus vulnérables aux chocs des prix des matières premières, qui alimentent l’inflation et l’instabilité économique. 

La fragmentation géopolitique aggrave tous ces compromis, augmentant le risque de conflit et de volatilité économique et diminuant l’efficacité globale.

En l’espace de quelques semaines, le monde a de nouveau vécu un choc majeur

Alors qu’une reprise durable de la pandémie était en vue, la guerre a éclaté, effaçant potentiellement les gains récents. Les nombreux défis auxquels nous sommes confrontés appellent des actions politiques proportionnées et concertées aux niveaux national et multilatéral pour éviter des résultats encore pires et améliorer les perspectives économiques pour tous.

Article source : War Dims Global Economic Outlook as Inflation Accelerates

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.