Comment la flambée des coûts du fret augmente les prix dans le monde

By | 31 mars 2022

La mer transporte plus de 80% des marchandises échangées dans le monde, dont la plupart naviguent à l’intérieur de conteneurs en acier de 40 pieds de long empilés par milliers sur certains des plus grands navires jamais construits.

Le choc de la pandémie a souligné à quel point le commerce des conteneurs maritimes est crucial pour l’économie mondiale. De Shanghai à Rotterdam en passant par Los Angeles, le coronavirus a bouleversé les chaînes d’approvisionnement. Les ports manquaient de travailleurs malades. Les chauffeurs de camion et les équipages de navires ne pouvaient pas traverser les frontières en raison des restrictions de santé publique. La demande refoulée des énormes programmes de relance pendant les fermetures prolongées a dépassé la capacité des chaînes d’approvisionnement. En plus de causer des retards dans l’acheminement des marchandises aux clients, le coût de leur acheminement a explosé.

Le coût d’expédition d’un conteneur sur les routes commerciales transocéaniques du monde a été multiplié par sept au cours des 18 mois suivant mars 2020, tandis que le coût d’expédition de marchandises en vrac a encore augmenté. L’impact inflationniste de ces coûts plus élevés est sur le point de continuer à augmenter jusqu’à la fin de cette année. Notre analyse est antérieure à la guerre en Ukraine mais n’en est pas isolée : le conflit va probablement exacerber l’inflation mondiale.

En étudiant les données de 143 pays au cours des 30 dernières années, nous constatons que les coûts d’expédition sont un important moteur de l’inflation dans le monde : lorsque les taux de fret doublent, l’inflation augmente d’environ 0,7 point de pourcentage. Plus important encore, les effets sont assez persistants, culminant après un an et pouvant durer jusqu’à 18 mois. Cela implique que l’augmentation des coûts d’expédition observée en 2021 pourrait augmenter l’inflation d’environ 1,5 point de pourcentage en 2022.

Bien que la répercussion sur l’inflation soit inférieure à celle associée aux prix du carburant ou des denrées alimentaires, qui représentent une part plus importante des achats des consommateurs, les coûts d’expédition sont beaucoup plus volatils. Par conséquent, la contribution à la variation de l’inflation due aux variations des prix mondiaux du transport maritime est quantitativement similaire à la variation générée par les chocs sur les prix mondiaux du pétrole et de l’alimentation.

Des coûts d’expédition plus élevés affectent les prix des biens importés à quai dans les deux mois et se répercutent rapidement sur les prix à la production, dont beaucoup dépendent d’intrants importés pour fabriquer leurs biens.

Mais l’impact sur les prix que les consommateurs paient à la caisse s’accumule progressivement, atteignant son apogée après 12 mois. Il s’agit d’un processus beaucoup plus lent que ce que l’on observe après une hausse des prix mondiaux du pétrole, que les conducteurs ressentent à la pompe en quelques mois.

Comment la flambée des coûts du fret augmente les prix dans le monde

La hausse des frais d’expédition affecte l’inflation dans certains pays plus que dans d’autres

Premièrement, les caractéristiques structurelles d’une économie sont importantes. Les pays qui importent davantage de ce qu’ils consomment connaissent des augmentations plus importantes de l’inflation, tout comme ceux qui sont plus intégrés dans les chaînes d’approvisionnement mondiales. De même, les pays qui paient généralement des frais de transport plus élevés – pays enclavés, pays à faible revenu et en particulier les États insulaires – voient plus d’inflation lorsque ceux-ci augmentent.

Deuxièmement, un cadre de politique monétaire solide et crédible peut contribuer à atténuer les effets de second tour des prix à l’importation et de l’inflation. Notre analyse montre que le maintien d’anticipations d’inflation bien ancrées est essentiel pour contenir l’effet de la flambée des coûts d’expédition sur les prix à la consommation, en particulier les mesures de base qui excluent le carburant et la nourriture.

Nos résultats suggèrent que l’impact inflationniste des coûts d’expédition continuera de se renforcer jusqu’à la fin de 2022. Cela créera des arbitrages compliqués pour de nombreux banquiers centraux confrontés à une inflation croissante et à un ralentissement encore important de l’activité économique. 

De plus, la guerre en Ukraine est susceptible de provoquer de nouvelles perturbations des chaînes d’approvisionnement, ce qui pourrait maintenir les coûts d’expédition mondiaux – et leurs effets inflationnistes – plus élevés plus longtemps.

Article source : How Soaring Shipping Costs Raise Prices Around the World

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.