Asie, pourquoi ces reprises divergentes ?

By | 2 mars 2021

Les économies asiatiques se comportent mieux que prévu. Dans la dernière mise à jour des Perspectives de l’économie mondiale du FMI , nous avons revalorisé notre estimation de croissance pour 2020 de 0,7 point de pourcentage par rapport à notre précédente prévision d’ octobre , à une contraction de 1,5% – en termes régionaux, un meilleur résultat que dans d’autres parties du monde. 

Cela s’explique en grande partie par des performances plus fortes que prévu des économies avancées de la région, ainsi que de certaines grandes économies de marché émergentes telles que la Chine, l’Inde, la Malaisie et la Thaïlande.

Les résultats de croissance au quatrième trimestre et les indicateurs économiques pour les activités industrielles, commerciales et de détail indiquent une reprise plus forte. La production devrait augmenter de 7,3% en 2021 et de 5,3% en 2022, mais même si une telle réalité se matérialise, les pertes de production dues à la pandémie seront néanmoins importantes.

Les chiffres agrégés masquent des différences de pertes de production entre les économies, allant de près de zéro en Chine, au Japon et à Taiwan PoC à plus de 20 points de pourcentage aux Philippines et même 30 points au Timor oriental. La divergence est particulièrement inquiétante pour les îles du Pacifique et d’autres pays à faible revenu de la région, où la vie et les moyens de subsistance dépendront d’un soutien international supplémentaire.

Comprendre la divergence

La divergence est évidente lorsque l’on compare les prévisions prépandémiques du FMI (octobre 2019) avec les projections actuelles de croissance cumulative du PIB pour 2020, 2021 et 2022 (respectivement, les années d’impact, de reprise et d’immunité collective attendue). Nos recherches récentes ainsi que les expériences nationales identifient quatre raisons principales de la grande disparité.

Facteurs sanitaires tels que l’efficacité des mesures d’endiguement et le bilan humain de la maladie . La mise en œuvre rapide de mesures de confinement strictes – comme en Australie et au Vietnam – s’est avérée cruciale pour aplatir la courbe pandémique, a permis de garantir que les systèmes médicaux n’étaient pas submergés et que le nombre de décès a été réduit, jetant les bases de la reprise. 

Dans le même temps, le recul des mesures d’endiguement seulement après la stabilisation des flambées de cas et la mise en place de solides régimes de dépistage – par exemple, en Chine et en Corée – ont été essentiels pour renforcer la confiance et ouvrir la voie à un rebond plus fort de l’activité économique et à de meilleurs résultats sanitaires. .

L’ampleur et l’efficacité du soutien politique. Un important soutien monétaire et budgétaire – le Japon et la Nouvelle-Zélande en sont des exemples notables – a contribué à atténuer les effets économiques des mesures d’endiguement et a facilité la reprise de l’activité. Les mesures fiscales ciblées sur les ménages les plus vulnérables (par exemple, les bons de consommation en Corée et les transferts en espèces aux travailleurs occasionnels en Australie) ont également contribué à soutenir les revenus pendant que les travailleurs touchés restaient chez eux pendant les confinements, réduisant le nombre d’infections et préparant le terrain pour un milieu plus élevé. croissance à terme.

Structure économique des pays, y compris la dépendance au tourisme et aux secteurs de services à forte intensité de contacts . Le confinement a nui à tous les secteurs, mais le tourisme a été le plus touché. Compte tenu de la composition de l’emploi dans le secteur du tourisme, les travailleurs informels et migrants, en particulier les femmes et les jeunes, ont souffert de manière disproportionnée de la diminution des opportunités et du manque d’accès aux filets de sécurité sociale. Ces effets ont été particulièrement importants pour les îles du Pacifique et d’autres pays fortement dépendants du tourisme, comme le Cambodge, les Philippines et la Thaïlande.

D’autres facteurs structurels tels que l’informalité ont exacerbé le coût économique des verrouillages et pesé sur la reprise. Aux Philippines, la forte concentration de l’activité économique dans la zone métropolitaine de Manille, la faiblesse des infrastructures de transport, la faible capacité du secteur de la santé, la pauvreté et une forte proportion d’informalité, ont ensemble considérablement compliqué l’application des mesures de confinement et la capacité de fournir des soutiens aux plus vulnérables.

Asie, quels sont les facteurs de reprises divergentes après la crise sanitaire ?

La voie à suivre

Si les résultats divergents de l’année dernière sont de l’histoire, ils ne sont pas le destin. Pour l’avenir, quatre priorités politiques aideront à façonner un avenir meilleur.

  • Faire en sorte que les vaccins soient largement disponibles pour mettre fin à la pandémie partout. Une distribution et une disponibilité rapides de thérapies efficaces sont essentielles pour générer une consommation, des investissements et une reprise de l’emploi plus fortes, les entreprises embauchant et développant leurs capacités en prévision d’une demande croissante. À cet égard, le soutien aux pays en développement en termes de financement, de logistique et d’administration est essentiel pour faire face à des reprises divergentes et combler les écarts entre les économies en développement et avancées.
  • Les politiques de soutien aux travailleurs et aux entreprises touchés devraient se poursuivre jusqu’à ce que la reprise soit enracinée et qu’il y ait des signes d’une reprise auto-entretenue de la demande intérieure privée. Des niveaux élevés d’incertitude exigent un retrait plus lent tout en restant vigilant sur la viabilité de la dette et les risques du secteur financier.
  • Transformation économique. À mesure que les mesures d’endiguement seront assouplies, les politiques visant à stimuler la demande du secteur privé deviendront vraisemblablement plus efficaces et pourront remplacer une large assistance sectorielle. La construction d’ économies plus vertes, plus inclusives, résilientes et numériques doit occuper une place centrale une fois la pandémie maîtrisée. Pour encourager la réaffectation , des politiques de «trampoline», telles que des conseils en matière d’emploi et de recyclage, devraient être utilisées parallèlement aux filets de sécurité pour protéger les plus vulnérables.
  • Le soutien financier de la communit internationale y est désespérément nécessaire pour inverser la divergence croissante entre les pays riches et pauvres. De nombreuses économies à faible revenu, y compris les pays insulaires du Pacifique, ont été particulièrement durement touchées par la crise, disposent de peu de marge de manœuvre pour réagir et auront besoin d’une assistance financière dans un avenir prévisible. La coopération mondiale via le cadre commun du G-20 peut aider à ouvrir la voie aux pays pour restructurer leur dette insoutenable et se développer.

La région Asie-Pacifique est entrée en premier dans cette crise et nombre de ses économies en sortent également les premières. En effet, plusieurs pays asiatiques sont reconnus comme ayant répondu de manière très efficace à la pandémie. 

Pourtant, l’ampleur de la perte de production est encore sans précédent et l’affaiblissement de la participation au marché du travail et la diminution des perspectives d’emploi pour les jeunes et les femmes suggèrent que des cicatrices importantes restent probables. 

Tout cela suggère que le leadership politique reste critique dans la période à venir.

Article source : Divergent Recoveries in Asia: History is not Destiny

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.