Quels sont les dangers d’une reprise asynchrone et divergente dans le monde ?

By | 20 avril 2021

Après avoir enduré une année 2020 tumultueuse, l’économie mondiale émerge enfin, même si les perspectives divergent fortement d’une région et d’un pays à l’autre . Le traumatisme économique aurait été bien pire si l’économie mondiale n’avait pas été soutenue par les mesures politiques sans précédent prises par les banques centrales et par les mesures fiscales mises en œuvre par les gouvernements.

Les marchés mondiaux surveillent la hausse actuelle des taux d’intérêt à long terme aux États-Unis, craignant qu’une augmentation rapide et persistante ne se traduise par un resserrement des conditions financières, ce qui pourrait nuire aux perspectives de croissance. Depuis août 2020, le rendement du bon du Trésor américain à 10 ans a augmenté de 1¼ point de pourcentage pour s’établir à environ 1¾% début avril 2021, revenant proche de son niveau d’avant la pandémie de début 2020.

La bonne nouvelle est que la hausse des taux aux États-Unis a été stimulée en partie par l’amélioration des perspectives de vaccination et le renforcement de la croissance et de l’inflation. Comme décrit dans le dernier rapport sur la stabilité financière dans le monde , les taux d’intérêt nominaux et réels ont augmenté, bien que les rendements nominaux aient augmenté davantage, ce qui suggère que l’inflation implicite du marché – la différence entre les rendements des titres du Trésor nominaux et indexés sur l’inflation – se redresse. Permettre une inflation modeste a été l’un des objectifs d’une politique monétaire facile.

La mauvaise nouvelle est que l’augmentation peut refléter l’incertitude quant à la trajectoire future de la politique monétaire et éventuellement les inquiétudes des investisseurs quant à l’augmentation de l’offre de dette du Trésor pour financer l’expansion budgétaire aux États-Unis, comme en témoigne la forte hausse des primes de terme (rémunération des investisseurs pour risque de taux d’intérêt). Les acteurs du marché commencent à se concentrer sur sur le moment ou la Réserve fédérale réduira ses achats d’actifs, ce qui pourrait faire grimper les taux à long terme et les coûts de financement, alimentant ainsi un resserrement des conditions financières, surtout s’il est associé à une baisse des prix des actifs à risque.

Implications mondiales

Les taux mondiaux restent bas par rapport aux normes historiques. Mais la rapidité de l’ajustement des taux peut générer une volatilité indésirable sur les marchés financiers mondiaux, comme on l’a vu cette année. Les actifs sont évalués sur une base relative et le prix de chaque actif financier – du simple prêt hypothécaire aux obligations des marchés émergents – est directement ou indirectement lié aux taux de référence américains. La hausse rapide et persistante des taux cette année s’est accompagnée d’une augmentation de la volatilité, avec un risque que ces fluctuations s’intensifient.

Toute hausse brutale et inattendue des taux aux États-Unis peut se traduire par un resserrement des conditions financières, alors que les investisseurs passent en mode «réduire l’exposition au risque, protéger le capital». Cela pourrait être une source de préoccupation pour les prix des actifs risqués. Les valorisations semblent tendues sur certains segments des marchés financiers et les vulnérabilités augmentent encore dans certains secteurs.

Quels sont les dangers d’une reprise asynchrone et divergente dans le monde ?

Jusqu’à présent, les conditions financières mondiales globales sont restées faciles. Mais dans les pays où la reprise est plus lente et où les vaccinations sont en retard, leurs économies ne sont peut-être pas encore prêtes pour des conditions financières plus strictes. Les décideurs peuvent être contraints d’utiliser des politiques monétaires et de taux de change pour compenser tout resserrement potentiel.

Si les rendements des emprunts publics ont également légèrement augmenté dans les pays d’Europe et ailleurs, quoique moins qu’aux États-Unis, la plus grande préoccupation vient des marchés émergents, où l’appétit pour le risque des investisseurs peut évoluer rapidement. Beaucoup de ces pays étant confrontés à d’importants besoins de financement extérieur, un resserrement brutal des conditions financières mondiales pourrait menacer leur reprise post-pandémique. La récente volatilité des flux de portefeuille vers les marchés émergents rappelle la fragilité de ces flux.

Répondre aux besoins de demain

Alors que plusieurs économies de marché émergentes disposent de réserves internationales adéquates et que les déséquilibres extérieurs sont généralement moins prononcés en raison de la forte compression des importations, certaines économies de marché émergentes peuvent être confrontées à des défis à l’avenir, en particulier si l’inflation augmente et les coûts d’emprunt continuent de croître. Les rendements en monnaie locale des marchés émergents ont augmenté de manière significative, principalement sous l’effet d’une augmentation des primes de terme. Notre estimation est qu’une hausse de 100 points de base des primes de terme aux États-Unis est associée, en moyenne, à une hausse de 60 points de base des primes de terme des marchés émergents. 

De nombreux marchés émergents ont des besoins de financement importants cette année, ils sont donc exposés au risque de taux plus élevés une fois qu’ils refinancent la dette et financent d’importants déficits budgétaires dans les mois à venir. Les pays qui se trouvent dans une situation économique plus faible, par exemple en raison d’un accès limité aux vaccins, peuvent également faire face à des sorties de portefeuille. Pour de nombreuses économies de marché frontalières, l’accès au financement reste une préoccupation majeure étant donné l’accès limité aux marchés obligataires.

Alors que les pays adaptent leurs politiques pour surmonter la pandémie, les grandes banques centrales devront communiquer soigneusement leurs plans d’action pour éviter une volatilité excessive des marchés financiers. Les marchés émergents devront peut-être envisager des mesures politiques pour faire face au resserrement excessif des conditions financières nationales. Mais ils devront être conscients des interactions politiques et de leurs propres conditions économiques et financières, car ils ont recours à des interventions monétaires, fiscales, macroprudentielles, de gestion des flux de capitaux et de change.

Un soutien politique continu reste nécessaire, mais des mesures ciblées sont également nécessaires pour remédier aux vulnérabilités et protéger la reprise économique. Les décideurs devraient soutenir les bilans, par exemple en renforçant la gestion des actifs non performants. 

Alors que le monde commence à tourner la page de la pandémie de COVID-19, les décideurs continueront d’être mis à l’épreuve par une reprise asynchrone et divergente, un écart grandissant entre riches et pauvres et des besoins de financement accrus dans un contexte de budgets limités. Le FMI reste prêt à soutenir les efforts politiques de ses pays membres dans la période incertaine à venir.

Article source : An Asynchronous and Divergent Recovery May Put Financial Stability at Risk

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.