Sur les traces d’écrivains japonais – Circuit

Un voyage au Japon sur les traces d’écrivains japonais, voici le circuit jour par jour. Programme à titre indicatif, modifiable en fonction des saisons, des dates et de vos souhaits exprimés lors de la création de votre voyage.

Merci de nous contacter en précisant votre projet de voyage.

JOUR 1   | VOL INTERNATIONAL
Vol vers l’Asie. Repas et films à bord

JOUR 2  | VOL INTERNATIONAL — HIROSHIMA
Arrivée en fin de journée à l’aéroport de Narita. Correspondance pour l’aéroport d’Hiroshima et accueil par votre guide francophone. Transfert en « limobus » vers votre hôtel. Soirée libre.
Hiroshima

Face à la mer intérieure, Hiroshima, la « Ville de la paix », est la plus grande ville du Chugoku. Le bombardement atomique du 6 août 1945 a inspiré de nombreux auteurs. Parmi ceux qui sont originaires de la région, Masuji Ibuse dont le roman Pluie noire a été adapté au cinéma et Shinoe Shoda, poétesse et écrivaine connue pour ses ouvrages du genre dit de la littérature de la bombe atomique. Keiji Nakazama a, quant à lui, écrit le G e n d ’ H i r o s h i m a , bande dessinée évoquant le bombardement et ses conséquences à long terme et publiée de 1973 à 1985.

JOUR 3  | HIROSHIMA — MIYAJIMA
Service de transport de bagages jusqu’à Kyoto, vous ne voyagerez qu’avec vos affaires pour les deux prochains jours.
Visite libre d’Hiroshima en matinée. Lieux recommandés : le dôme de la bombe atomique, le musée mémorial de la paix et le parc de la ville.

Dôme de la bombe atomique
Situé à l’épicentre de l’explosion, il ne reste de l’ancienne chambre de commerce de la ville que sa structure métallique. C’est le seul bâtiment qui subsiste en mémoire de cet événement. Le site est aujourd’hui classé au patrimoine mondial de l’UNESCO comme témoignage des ravages de l’arme nucléaire.
En après-midi, départ en train local pour Miyajimaguchi et embarquement sur le traversier en direction de Miyajima. Visite libre du sanctuaire d’Itsukushima et nuit dans un ryokan.

Miyajima
« L’île où cohabitent les hommes et les dieux » est depuis longtemps un lieu sacré, puisque le sanctuaire de Itsukushima y est établi depuis 593 bien que les bâtiments datent du 12e siècle. Ce sanctuaire, dédié à la déesse gardienne des mers est en partie construit dans la mer. L’île de Miyajima est classée au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Sanctuaire de Itsukushima
Le sanctuaire principal, les sanctuaires secondaires et autres bâtiments sont reliés entre eux par de vastes pontons et galeries. À marée haute, l’édifice semble flotter sur l’eau. Le sanctuaire principal, le Heiden (pavillon des offrandes), le Haiden (pavillon des offices), le Hairaiden (pavillon de purification) et les galeries ont été classés trésors nationaux.

La porte Ootorii
La porte Ootorii est le symbole de Miyajima. Le torii en bois de camphrier de près de 17 m de haut est laqué de vermillon. Bien que semblant solidement planté dans le sol, il ne repose en fait que par son propre poids sur le sable. Le torii est situé à 200 m du sanctuaire, dans la mer, et il est possible d’y accéder à pied à marée basse.

JOUR 4 | MIYAJIMA — KYOTO
En avant-midi, randonnée suggérée sur le mont Misen, moment privilégié pour s’adonner à la lecture ou à l’écriture. On peut y accéder à pied ou par téléphérique. En après-midi, retour en traversier vers Hiroshima et puis transfert en Shinkansen (train rapide) vers Kyoto. Arrivée et installation à l’hôtel.

Mont Misen
Avec une altitude de 530 m, c’est le point culminant de l’île. Du sommet, on jouit d’une vue spectaculaire sur la mer intérieure.

Kyoto
Kyoto est l’une des villes les plus traditionnelles du Japon en raison de son impressionnante concentration en temples et sanctuaires (près de 2000), dont certains ont une importance historique et religieuse majeure. Il faut également y ajouter la présence de splendides jardins zen et l’existence d’une tradition culinaire raffinée (kaiseki). Au cours des prochains jours, vous reconnaîtrez plusieurs sites dont se sont inspirés les auteurs japonais les plus célèbres et vous participerez à plusieurs activités qui vous feront vivre l’essence de la culture japonaise: cérémonie du thé, spectacle de kabuki et danses des cerisiers des maikos. Nuit en ryokan.

JOUR 5  | KYOTO
Visites en compagnie d’un guide privé francophone du temple de Kinkaku-ji et du temple zen de Ryoan-ji.

Les temples Kinkaku-ji et Ryoan-ji
Le temple Kinkaku-ji ou « Pavillon d’or » fut à l’origine la villa de détente d’un shogun Ashikaga, généralissime de l’époque Muromachi (1336-1573). À la mort de celui-ci, il fut transformé en temple. Un merveilleux jardin s’étend devant ce pavillon recouvert de feuilles d’or. Ce site a inspiré le roman de Mishima Yukio, Le Pavillon d’or .
Le temple Ryoan-ji est célèbre pour son jardin, parfait exemple d’inspiration Karesansui. Quinze rochers émergent d’une mer de sable blanc. Sa simplicité et sa pureté sont l’émanation des principes du bouddhisme zen.
Visite des temples et de la forêt de bambous situés dans les secteurs Arashiyama et Sagano.

Le secteur Arashiyama
Durant la période Heian (794-1192), Arashiyama fut la destination de promenade favorite de la cour impériale. Le paysage garde l’empreinte de cette époque, et aujourd’hui encore, on peut flâner dans une forêt de bambous.

JOUR 6  | KYOTO
Visite avec un guide privé des temples Tofuku-ji, Sanjusangen-do et Kiyomizu.

Le Sanjusangen-do
Ce temple, reconstruit en 1266, est célèbre pour sa statue en bois du bodhisattva Kannon aux onze visages, classée trésor national. Elle est entourée des 28 statues de ses gardiens et de mille et une autres plus petites. Par ailleurs, avec ses 118 mètres de long, c’est le bâtiment en bois le plus long du monde.

Le temple Kiyomizu-dera
Fondé à la fin du 8e siècle, le temple Kiyomizu-dera est situé au pied de la colline de Higashiyama. Le bâtiment principal, classé trésor national, fut reconstruit en 1633 par le shogunat des Tokugawa. Sa terrasse en bois, soutenue par 139 pilotis géants surplombe un ravin et offre un magnifique panorama de la ville.
Marche le long du Sentier des philosophes et exploration des différents temples et jardins. Arrivée au temple de Ginkaku-ji (Pavillon d’argent) et visite du site.

Le temple Ginkaku-ji
Le temple Ginkaku-ji ou « Pavillon d’argent » fut érigé en 1489 pour servir de villa au shogun Ashikaga Yoshimasa, qui désirait le couvrir de feuilles d’argent. Souhait non réalisé, il fut transformé en temple bouddhique à sa mort. Ce pavillon est classé trésor national. Son jardin est un bel exemple de Karesansui (jardin de pierres).
Spectacle en fin de journée d’une représentation de Miyako Odori.

JOUR 7  | KYOTO
Journée de visite libre à Kyoto. Visite matinale suggérée du quartier Gion et du château Nijo.
Le quartier de Gion vient souvent à l’esprit lorsqu’on mentionne Kyoto. Dans les rues aux maisons évoquant la perfection architecturale de l’ancien Japon et où se promènent les élégantes maikos, vous retrouverez une atmosphère unique. C’est également un lieu où se trouvent de nombreuses boutiques vendant des objets traditionnels typiques de l’artisanat de la ville. La lecture de Les Mémoires d’une geisha de Inoue Yuki et de Ma vie de geisha de Mineko Iwasaki pourrait vous ouvrir la porte du monde des geishas et vous donner un avant-goût de cette visite.

Marché Nishiki.
Le marché Nishiki (Nishiki Ichiba) est une petite rue étroite où on retrouve plus d’une centaine de commerces. Connu comme étant la « cuisine de Kyoto », le marché est l’endroit idéal pour trouver les produits saisonniers ainsi que les spécialités culinaires de Kyoto tels les desserts japonais, les sushis, les cornichons et fruits de mer séchés.

Participation à une cérémonie de thé en après-midi.
La cérémonie du thé, chanoyu (littéralement « l’eau chaude du thé ») ou sado (« voie du thé »), est la quintessence de la culture japonaise. C’est un moment où le meilleur de chaque chose est mis en œuvre. Cette cérémonie se doit de respecter quatre principes essentiels : harmonie, respect, pureté et sérénité.

JOUR 8  | KYOTO — IGA UENO — KYOTO
Journée en compagnie d’un guide et d’un chauffeur privé pour se rendre à Iga Ueno. Visite des trois lieux consacrés à Basho Matsuo : sa maison natale, son ermitage de même que le musée qui lui est consacré.

Iga est la ville natale de Matsuo Basho, l’un des grands maîtres du haïku, cette forme de poésie courte en 3 vers de 17 syllabes. L’édifice commémoratif du Haiseiden fut  construit en 1942 dans le parc Ueno-koen à l’occasion du tricentenaire de la naissance de Basho, et sa silhouette évoque celle du grand poète vêtu en voyageur. Le toit circulaire symbolise son chapeau de laîche, l’avant-toit octogonal son surplis, les piliers sa canne, et le contour général de l’ensemble, la forme de son visage. D’autres lieux rappellent la mémoire de Basho comme le Minomushi-an, ou ermitage de la chrysalide, et le vénérable mémorial de Basho; musée Basho-o Kinenkan. Retour à Kyoto en fin de journée.

The Great Buddha (Daibutsu) on the grounds of Kotokuin Temple in Kamakura, Japan.

JOUR 10  | KYOTO — NARA
Service de transport de vos bagages vers Takayama. Vous ne voyagerez qu’avec une seule valise ou un sac de jour.
Visite en compagnie d’un guide privé francophone en matinée du temple Fushimi-Inari Taisha.

Le sanctuaire Fushimi-Inari
Le Fushimi-Inari est l’un des plus célèbres sanctuaires shinto du pays. Il retient surtout l’attention par la présence des innombrables petits toriis offerts par des fidèles. Ils se dressent sur la colline, formant un tunnel de 4 km de long. Ce lieu sacré apparaît dans le film Mémoires d’une Geisha , une adaptation du roman américain Geisha d’Arthur Golden.

Ensuite, départ en train pour Nara (environ 45 minutes), à 42 km au sud de Kyoto, une ancienne capitale du Japon qui fut également un des berceaux de l’art, de la littérature et de la culture japonaise, l’industrie y ayant aussi pris son essor.

À découvrir : à l’ouest se trouve le Temple Kofuku-ji, édifié en 710. Un nombre impressionnant de statues bouddhiques de grande valeur sont exposées dans la Maison du trésor national, et l’enceinte du temple renferme une pagode à cinq étages qui se reflète dans les eaux de l’étang Sarusawa. Le Temple Todai-ji, abrite le Grand Bouddha de Nara qui est le plus célèbre des monuments anciens de la ville.

JOUR 11  | NARA — KOYA-SAN
Après le petit-déjeuner, transport en train vers Koya-san en compagnie d’un guide privé francophone. Arrivée et visites des temples Kongobu-ji Konpon Dai-to et Kondo. Repas et nuit au temple.

Le mont Koya
Le temple Kongobu-ji se trouve à 900 mètres d’altitude au sommet du mont Koya et a été fondé en 816 par le moine Kukai connu aussi sous le nom de Kôbô Daishi (774-835). Ce dernier fut un moine, artiste, poète et calligraphe fameux, dont on dit qu’il aurait créé les kana , le syllabaire que la langue japonaise utilise conjointement aux idéogrammes d’origine chinoise, les kanji pour s’exprimer. Il est devenu le temple principal du bouddhisme Shingon, branche ésotérique du bouddhisme japonais. Depuis, 120 temples et monastères ont été installés sur la montagne, en faisant un centre religieux de premier plan. Certains d’entre eux proposent un hébergement aux pèlerins et aux visiteurs. Le site est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO.

JOUR 12  | KOYA- SAN — TAKAYAMA
Transport en train local vers Osaka et en Shinkansen vers Takayama. Installation à votre hôtel et visite libre de la ville.

Takayama est une petite ville tranquille au cœur des Alpes japonaises et est renommée pour son architecture traditionnelle et ses menuisiers. Elle est aussi connue pour ses légendaires festivals qui ont lieu deux fois par an, au printemps et à l’automne, où l’on peut voir de spectaculaires parades de chars en bois construits selon les techniques de l’époque. Nuit en ryokan.

JOUR 13   | TAKAYAMA
E n c o m p a g nie d’u n g uid e p riv é f r a n c o p h o n e , visite du marché matinal. Les marchés de Takayama Jinya et de Miyagawa sont très populaires à Takayama. Tous les matins, les épouses des fermiers des villages environnants y viennent avec leurs produits frais (légumes et fleurs).
En après-midi, visite du village folklorique d’Hida qui rassemble une trentaine de maisons issues de zones rurales, dont une gassho-zukuri (maison de chaume) de la vallée de Shokawa.

JOUR 14 | TAKAYAMA — TOKYO
Journée de participation au festival du printemps de Takayama ou Sanno Matsuri. Il est considéré comme le plus beau festival au Japon. Un défilé rassemblant plus de 1 000 personnes est mis en scène, vous faisant remonter le temps jusqu’au 15e siècle grâce aux magnifiques costumes et aux spectacles musicaux. Il faut également citer le défilé d’une dizaine de chars richement décorés appelés yatai . Ces yatai ont toutes sortes de dispositifs, comme des marionnettes qui sont animées avec une grande habileté, prenant les spectateurs par surprise.
Retour en train à Tokyo, installation à l’hôtel et soirée libre.

Tokyo
Tokyo offre une multitude de possibilités que l’on ne retrouve dans aucune autre ville au monde : des karaokés futuristes disséminés derrière de gigantesques vitres, la plus grande concentration de restaurants au monde et le Tsukiji qui est le plus grand marché aux poissons au monde. La capitale du Japon est une ville fascinante. La vieille ville, appelée Shitamachi, survit depuis le XIXe siècle, malgré les incendies et les tremblements de terre, et cohabite aujourd’hui avec la ville moderne. Temples anciens, districts de geishas et échoppes traditionnelles font face aux imposantes tours et magasins haute technologie.

JOUR 15  | TOKYO — KAMAKURA — TOKYO
Transport en train en compagnie de votre guide privé francophone vers la ville historique de Kamukura et visites des temples et sanctuaires: les temples à Kotoko-in (là où on trouve le Bouddha géant, Hase Kannon et Tsurugaoka Hachimangu. Visite du musée de la littérature de Kamakura.

Kamakura
Kamakura, à une heure de train de Tokyo, est une tranquille petite ville côtière émaillée de temples à l’atmosphère feutrée. De la présence du gouvernement féodal qui y prit ses quartiers en 1192, elle garde aujourd’hui un héritage historique de toute première importance.

Musée de littérature de Kamakura
Le musée de littérature de Kamakura contient des documents sur les écrivains qui ont vécu, sont morts ou ont été actifs dans la ville de Kamakura. Le musée présente des effets personnels, des manuscrits, des éditions originales et des documents appartenant à plus d’une centaine d’écrivains de la littérature japonaise, dont Soseki Natsume et Kawabata Yasunari. Ce petit musée ouvert en 1985 est situé dans une maison édifiée en 1936 par Toshinari Maeda.

JOUR 16  | TOKYO — RETOUR
Matinée libre pour effectuer les derniers achats de souvenirs. Transfert à l’aéroport en après-midi et vol de retour.

Contactez nous. Un consultant vous fera part des détails du programme, du prix et vous proposera un voyage répondant à vos souhaits.

Merci de nous contacter en précisant votre projet de voyage.